Uploaded by musgrat

Turquie. Larousse. La Grande encyclopédie

advertisement
La Grande
C’est
Encyclopédie
lorsque
Larousse
Turner
avait
que, pour la première
teuse aquarelle,
chevêque
Vue du palais
à laquelle
l’artiste
d’académicien,
mas Lawrence*,
jeune artiste anglais
L’Académie
fondation
depuis
officielle
comme
école
d’art
artistique,
parvenant
conscience
aux Anglais
des peintres
importés
existait
une peinture
les insulaires.
Turner
cesser et
produite
par
en est l’illustra-
tion éclatante.
Depuis
astreint
1807,
il était,
en principe,
à faire une conférence
à l’Académie
au titre
de perspective,
reporter
jusqu’en
qu’il
conquis
réussit
de vastes
: l’aisance
singulièrement
en public
défaut,
téralement.
Faute
il balbutiait
d’une
que Turner
à conclure
admiration
pour Claude
Et cela était vrai.
mirer
plusieurs
nés d’Italie
L’artiste
Lorrain*.
avait pu ad-
fois des Claude
et désespérait
les imiter,
ce qu’il
dans la Traversée
au bain (1838)
rame-
tenta
du ruisseau
Londres].
mais
hissant
le romantisme*
sondait
ses formes,
nelles,
jusqu’aux
et l’on
damentale
matiques
la nature
l’introduction
dans n’importe
À la recherche
ajouta
rale,
enva-
qui est la marque
mas Girtin
sait : « Si Tom
les collines
d’origine
Robert
(1752-1797),
1796,
dans le fracas et les éclairs.
deux
ans, dit-il,
l’appellerez
Hannibal.
lery)
annonçait
Incendie
16 octobre
11198
» La toile
1834 (1835,
ne faut-il
toiles,
pas s’éton-
véritables
le néant,
nuées
peinture,
maître
jusqu’à
la plastique
un critique.
la peinture
peu,
d’une
pas
le pouvoir
: la veille
fignolait
entra, plaqua
acadé-
n’était
exposition,
touches
de Londres
Cleveland
:
le
Mu-
:
[...]. » Très
le moins
de
tandis
son paysage
de vermillon,
une traînée rouge
toile
toile
devenue
et partit.
Devant
sa
fade, Constable
à un ami : « Turner
tiré un coup de fusil.
est venu et a
»
1939).
(Londres,
The Life of J. M. W. Turner
/ M. Butlin,
1962
; trad.
relles,
Phoebus,
Bâle,
Turner
(Londres,
sonnel,
1965).
la province
la capitale
une
dé-
située « à l’est » de
; en turc Anadolu)
s’ajoute
à laquelle
fraction
de la Thrace.
également
couramment,
pour la partie
asiatique,
Asie Mineure,
qui évoque
reux raccourci
l’aspect
moussons,
pique
qu’il
1964
Turner,
Watercolours
fr. J. M. W. Turner,
1963).
; trad.
/ L. Gowing,
(Ox-
troisième
/ J. Rothenstein,
fr. le Musée
Turner
per-
: Imagina-
Enfin,
a pas d’unité
et Afyonkara-
masse rigide.
ces blocs
anciens
plissés
Asie
continental
des
rude et des
arrosées ourlées
côtières
anatolien
et au sud, le haut
est, en effet,
chaînes
plissées,
vers l’est
orographique
générale
reproduit
tièdes et
entre
le massif
massif
de Krehir,
masse
rigide
occidentale,
vers le nord,
extrêmement
massive,
pisidien.
Puis
enfouie
par la remontée
moyenne
atteint
1 132 m, bien que les
altitudes
absolues
faibles,
ne dépassant
soient
4 000 m (cônes
altitude
central
tiques,
que
rarement
volcaniques
isolés).
massivité
re-
à peu près
totalement
les phases orogéniques
en bloc
caracté-
anciennement
se sont
vers le sud dans le Taurus
également
de kilomètres.
Pon-
dépassant
Mais
des mouvements
il y a
tangentiels
avec déplacements
notamment
anciens
au voisinage
plus ou moins
des
rigides
chaînes
Pontiques,
mais aussi dans le
Taurus
au voisinage
de la plate-forme
et
africaine
plissées
Le matériel
semblable
consolidées,
La
et
dites « d’Antalya
des
»,
est d’ail-
leurs encore discuté).
par des masses
les plis
(nappes
au milieu
dont le sens de déversement
est,
sur
parfois
im-
après
qui se sont pro-
moulés
vers
qui apparaissent
une date très récente.
constituée
déversement
péné-
principales
des chaînes
vers le nord
avec des charriages
la centaine
noyaux
par des mouvements
ultérieurs
jusqu’à
mon-
pour l’essentiel
mais
oriental
est généralement
portants,
alpin,
du Taurus
Le style
structurale.
plissé
vers le nord-est
syrienne.
en sens inverse,
appartenant
vers le sud,
de l’avancée
flètent les grandes lignes de l’évolution
Il s’agit d’une région
pré-
et vers le nord dans les chaînes
relativement
et cette
l’extérieur,
qui
pamphylo-
le Taurus
risé par un double
dont l’altitude
d’une
d’Antalya,
le rebroussement
tectonique
et le
sous l’effet
provoque
en effet, est une haute terre
lesquelles
celle des côtes de
sous les eaux du golfe
sous l’effet
repro-
méridionale,
L’Anatolie,
rigides
l’orientation
de l’alignement
physique
dans les
des Méandres
de la plate-forme
d’ailleurs,
Au nord,
un arc convexe
et relief
longés
sur lesquels
Au sud, le Taurus (Toros
Structure
d’ensemble
par ses virgations
sente une large convexité
Le milieu
planée
Leur direction
dans sa partie
suivie
au système
dans le noeud
le dessin des blocs rigides
dalar),
par des
qui se rapprochent
arménien.
la mer Noire.
plateau
enserré
pour se fondre
dessine
effective-
un haut plateau central step-
tagneuse
de l’intérieur
qui se raccordent
duit dans l’ensemble
assez comparable
d’un ruban de plaines
Cette
De toute
et séparés par de véri-
chaînes Pontiques,
en un heu-
du pays,
montagneuses
L’ossature
aqua-
n’y
elles sont moulées.
l’expression
où s’opposent
à climat
relevée
A. C.
ford,
signant
Tate
cela et
Tate Gal-
de l’Ana-
verdoyantes.
en marmonnant
de la couleur
A. J. Finberg,
la péninsule
dans
où il s’exprima
sur sa propre
confia
englobe
(mot dérivé du grec Anatolê,
franges
s’en est
(v. 1837,
et connaissait
soudain
les
enjambe-
des académiciens
que Constable*
ottoman,
partie
ici. À la suite d’un
l’assemblée
l’ouverture
faible
à celui de la haute Asie et de l’Asie
ne se
pure, comme
reproduit
Empire
ment, en un contraste
l’abstraction,
à Petworth
de l’ancien
et c’est
Turner
jusqu’à
d’aujourd’hui,
en miniature,
», a pu dire
en prove-
pontiques.
entre Ankara
Au nord
à des lavis.
très
charrié
aux chaînes bordières.
On emploie
à côté de dix
ressemblent
Cette
élément
y ont vu un
GÉOGRAPHIE
La Turquie
tolie*
une seule
de Krehir,
géologues
des chaînes
façon,
essentiellement
où
vraisem-
hisar, où l’on avait supposé l’existence
LA
et il
année
par un prodigieux
pictu-
les oeuvres ultérieures
du Parlement
en mer),
Aussi
ressemblant
des Alpes par
(1812,
à l’huile,
d’Ankara,
existe
le massif
certains
d’une
se
est encore
une autre zone d’ancienne
importante
le pa-
ou alpin)
centrale,
immense
la
Turner
pour présenter
peint
autonome
à
par l’orogenèse
À l’est du méridien
il est probable
pour obtenir
la septième
ner si certaines
Turner
« D’ici
vous reverrez
la Traversée
en mouillant
même,
(Pêcheurs
« Turner
mais
nance
qui se montrèrent
de la peinture
de couleur,
et
chez
ce sont
sa part. À ses débuts,
attendit
d’Europe
russe, et son fils John
le froissant
méfiait
État
türkiye,
d’Asie.
le père (v. 1717-
1786),
pier,
(hercynien
tables sillons
Alexander
sans malice
du Yorkshire
(avec
Mais l’âge exact du métamor-
les
Cozens,
Turner
bouleverser
repris
blablement
de Tho-
» Mais
mique
et semblait
est sans
sa couverture),
sont discontinus
dra-
grondait
des
socle granitique
pu
la faim.
un orage l’obligea
; l’orage
le massif
doute un vieux
avait vécu, j’aurais
connaître
de quelques
extase
du
(ou Caro-lydien)
di-
d’effets
en
Méandres
; Turner
sûr de lui cependant,
était fasciné,
essentielle
Au sud-ouest,
en Anatolie
topo-
jusqu’à
(1775-1802)
Chez un de ses amis hors de Londres,
Selon son hôte, Turner
(Flammarion,
coloriages,
des chefs-d’oeuvre
fon-
à rester à la maison.
Turner
Turquie
En turc
typi-
de vues
(1725-1809),
« Chose bizarre,
de son génie.
/ J. Selz,
de Turner
plateau.
une partie
consolidation,
dans la pro-
vigoureusement
comme
proprement
l’Univers
Ams-
beaucoup
par de timides
plus
il quitta
quel tableau.
1974).
Time-Life,
;
avait commencé
les dessinateurs
débat d’esthètes,
sous toutes
d’expressivité,
une audace
britannique
Gallery)
plus exception-
considérait
rôle en
Cet art devenu
l’Intérieur
La mode était aux paysages topographiques,
compta
de Turner.
rendu
[les deux toiles sont à la
/ W. Gaunt,
1969
inconnu.
duction
ment.
se rendant
temps,
York,
/
phisme
comme
dépassait
(1815)
1973).
(New
qui forment
1966).
toute
sont guère référés à lui : sa peinture
néanmoins
of Turner
et son
/ J. Lindsay,
(Londres,
dissolvent
Plus tard, les impressionnistes*
de pouvoir
ou, plus tard, dans Phryné
Tate Gallery,
avait une
fr. Turner
(Screpel,
1966).
récente.
un grand
et elle
aquarelles.
il
The World
terdam,
York,
Biography
et l’unification
dans la formation
toile
théorisation
restait
Natio-
trad.
(New
giratoire.
jouait
il exposait,
lit-
peu académiques,
colorée
en un vertige
avait
pas
Reality
A Critical
D. Hirsh,
de larges effets où le hasard des taches
lui faisait
de ses pratiques
vive
à
dia-
mais ses élèves ne furent
de la matière
les plus novateurs,
1811. Il avait préparé
pour cet enseignement
grammes,
annuelle
de professeur
corvée
de pinceau
perfection
que le règne
and
1975).
Paul Sandby
prendre
pouvait
où la hardiesse
Londres),
accentués
de la vie
à faire
nal Gallery,
tion
Turner.
et vitesse : « The
» (1844,
graphiques
considérable
et foyer
vapeur
Great Western Railway
chez
en 1768,
avait pris une importance
Pluie,
quement
sa dif-
: le
lery),
Angleterre
honoré de ce titre.
et couleur
après le déluge (1843, Tate Gal-
L’aquarelle
de lui le plus
royale,
Lumière
matin
forme
ans, Turner
qui, après Tho-
faisait
seum of Art),
du coup
devait
du roi mécène George III le di-
plôme
qu’il
de
fois par la
suite. En 1802, à vingt-sept
ficile
de l’ar-
exposition
cinquante-quatre
recevait
ans
à Lambeth,
fut présentée à l’annuelle
participer
quinze
19
fois, une promet-
de Canterbury
l’Académie,
- Vol.
est assez dis-
dans les deux arcs bordiers.
sédimentation
homogène
rocheux
est relativement
dans le Taurus,
où se sont
La Grande
accumulées
masses
notamment
de calcaires
crétacés
(1
minimum).
500
d’énormes
jurassiques
et
m d’épaisseur
De puissantes
basiques,
dans
au
intrusions
comportant
s’y associent,
notamment
reproduit
gonales
mais des directions
s’y sont ajoutées,
à un quadrillage
tectonique
En même
Ces calcaires
moins
forts
formes
russe et syro-arabe
sont surmontés
par du flysch
Dans le tréfonds
de schistes
pointent
dévoniens
paléozoïques
des noyaux
ou de calcaires
métamorphisés,
emballés
dans le matériel
(massif
d’Alanya),
des nappes
basiques
(péridotites
véritables
dans le Taurus cilicien,
batholites
les chaînes
granitiques.
Pontiques,
schisto-gréseux
de flysch
très épais, à fréquentes
calations
volcaniques,
de calcaires
breux
petits
interdes
entourés
intrusifs
acides
postpaléozoïques.
Après
phases
orogé-
différent,
de sédimentation
de caractère
continental
faciès
fins, dans toute l’Anatolie
rieure,
où régnait
un régime
fermés, à reliefs faibles.
gène des surfaces
qui constituent
l’Anatolie
et à
de
niveaux
souvent
jalonnant
face de base du Néogène,
sommet
inté-
au Néo-
Plusieurs
: aplanissements
dif-
la sur-
qui indiquent
un relief
aplanissements
par l’instabilité
ainsi
au contact
de l’Anatolie
que par l’existence,
d’une
cicatrice,
le long
de laquelle
différencié,
élaborés en fonction
des remblaiements
La sédimentation
risent
récente
développées
positions
importantes
fleuves,
ont pu croître
de la Méditerranée,
» parallèle
de structure
au rivage
lèvement
du
des côtes de flexure
récent,
près intactes,
à peine
où l’action
le temps
de la Cilicie
et aux dépôts
gigantesque
sement
néogènes,
mouvement
de rajeunis-
a mis en place le relief
Les témoignages
Miocène
marin
est aujourd’hui
occidental.
de 1 000 m de rejet
continental
haut pays a été découpé
cassures
à près
des failles
orientale.
en une série
distincts
et des bombements
par des
à grands
rayons de courbure,
qui ont régénéré
relief
bassins
de nombreux
le
intérieurs,
sans qu’il
soit
distinguer
la part de cette tectonique
récente
toujours
Le
et de l’érosion
possible
différentielle
d’y
et où
liées à des
locaux
(côte
Trachée),
restent exceptionnelles.
intérieure.
dominée
da,
d’abord
per-
l’Anatolie
vers 1 000-1
par des blocs
500 m,
faillés
soulevés
dissymétriques
(Sultan
2 581 m) et par des cônes volca-
niques
isolés
(Argée
3 916 m), s’encastrent
toniques
Cette
du relief
Dans une surface fondamen-
tale de plateaux,
souvent
surface
bassin
néogène
[Erciyas
da],
des fossés tec-
occupés
par des lacs.
passe au
de Bithynie,
Au-delà
du prol’axe
entre les
nord-est
(1 018 m), qui prolongent
de l’Istranca
du Bosphore,
au
le
et des col-
lines crétacées et éocènes au sud.
tagneux
du haut plateau
les bourrelets
bordiers.
in-
mon-
différents.
deux
secteurs
À l’ouest
elles dépassent
du Yeil
exceptionnelle-
reliefs
longi-
ouest-est.
partie
est incluse
terres anatoliennes
À l’est
vient perturber
le schéma normal
du climat.
En hiver,
la haute Anatolie
orientale,
fortement
refroidie,
d’appui
pour
l’avancée
clone
thermique
sions
méditerranéennes
guère
que l’ouest
viétique
une haute
approchant
du plateau,
suivre
l’ouest,
dien,
continue
orographique
où se situent
discontinuité
thermique.
il est constitué
série de massifs
d’abord
confus,
bien dessiné du Taurus
marais
dans la
convexité
tournée
rus central,
le Taurus
s’abaissant
virgation,
cilicien
au nord-est
(Ala
da,
relativement
miocène
à
dans
3 734 m),
au centre dans
de Cilicie
À l’est,
l’Anti-Taurus,
sud-ouest-nord-est,
vient
à
de la chaîne,
et
orientale
l’ensemble
va se fondre
relet
méridional
l’Anatolie
dans le bour-
des hautes
orientale,
terres
qui atteint
de
encore
4 168 m aux monts Cilo près de la frontière
irakienne.
marquants
Un des traits
du relief
les plus
est, de toute façon,
qui éventrent
les grandes
tolie orientale,
où s’étendent
de vastes
masses calcaires
épanchements
volcaniques,
dominés
la forme
de grands
tions temporaires
dental
de la montagne
et l’ouest
poljés
du Taurus
sous
à inonda-
dans le Taurus
occi-
central
à l’automne,
où la
d’une
qui commence
Cependant,
à se
au printemps,
du régime
barométrique
esti-
du pays un
où se développent
entre
des précipitations
dominée
l’intérieur,
ou
par
dures montagneuses
arrosées.
partout,
Celles-ci
reçoivent
au nord comme
de quelques
parallèles
Noire.
aux vents
abrités
pluvieux,
secteurs
ou
comme
sur la mer
du Taurus
Pontiques
jusqu’à
presque
par an, à l’excep-
à Samsun
des chaînes
très
au sud, plus
secteurs
Certains
recevoir
et les bor-
et littorales,
de 750 mm de pluies
l’est
le contraste
subaride,
la côte de Sinop
orienté
s’accoler
la branche
des pluies particuliè-
La répartition
tion
Trachée,
où le Gök su offre un accès vers le haut
pays.
de circu-
de la zone tempé-
règne dans l’intérieur
est ainsi
Au-delà
vers le sud, du Tau-
culminant
de la mer
des pluies de convection.
passe 3 000 m et va s’ennoyer
c’est l’immense
de l’escarpe
continuent
l’établissement
val,
qui dé-
de celle-ci,
affecte la tota-
et du littoral
importantes
avant
par une
puis par l’arc
pamphylo-pisidienne.
du maximum
de l’Inde
sur laquelle
Caro-ly-
de
vers les basses pressions
septentrionale
rafraîchir.
lycien,
serrée
les lignes
En été, le flux
sec qui s’écoule
masse anatolienne
qu’on
du massif
et de la
mer reste encore tiède en bordure
sur plus de 1 500 km. À
aux confins
de préférence
mer Noire,
rement
par in-
de la Méditerranée
rée, qui y donnent
so-
4 000 m. Au sud, le Taurus
est un ensemble
peut
et disséqué,
barrière
Les dépresn’envahissent
et suivent
les rivages
un point
de l’anticy-
asiatique.
ler des dépressions
d’aspect
la frontière
constitue
lité du pays, à l’exception
au
sen-
siblement
Noire,
jusqu’à
en majeure
dans la zone méditerranéenne,
granitiques,
qui constitue
et gradins
Le climat
un haut pays, à ossa-
glacié
où se
d’érosion.
contraire
fortement
cilicienne,
structuraux
elles se présentent
alpestre,
la plaine
complexes
du même fleuve,
ture de batholites
littorales,
de piémont
du nord-ouest
ou des sillons
karstiques
5 165 m) et du Süphan (4 058 m).
zones
de larges plaines
comme
Trachée.
et la plaine
des Açores
jusque vers 2 000-2 500 m dans l’Ana-
(Ar
pamphylienne
ment 1 500-2 000 m et sont aérées par
de direction
dans le plateau
de Cilicie
deux plaines
étésien
dépressions
cônes de l’Ararat
crivent
termittences,
Au nord, les chaînes
comportent
19
mais la présence de la masse des hautes
de la
par le grand
de l’Ergene,
s’opposent
miocène
La Turquie
par des
par les profondes
da,
se relève
de
cristallines
ancien
dolines
- Vol.
de la Mar-
hauteurs
massif
calcaire
mêlent
constitué
par les grands
fondamentale
Petit
irrégulière
ou Olympe
ou des golfes.
le plateau
régionale
met d’individualiser
plus ou moins
dans le Néogène
d’Anatolie
de compartiments
Le
dans le Taurus
On a observé
de submersion,
Une analyse
actuel.
en sont nombreux.
de 2 600 m d’altitude
un
à peu
de se marquer
à calanques
d’érosion
et de sou-
de la mer a eu
de bascule
surfaces
et
« paci-
ou de faille
mouvements
à ces
rapi-
sont le plus souvent
(transgression
du Taurus).
en
Les côtes de la mer Noire
ou
se cantonne
se sont
des fossés
des grands
abritées,
dement.
caracté-
dans le fond
où les deltas
à dé-
Des formes
les formes
Postérieurement
par
s’exprime
et insulaires,
à cette époque dans les chaînes du Sud
miocène
la
entre les blocs faillés
de remblaiement
lacs
tudinaux
les côtes de l’Égée.
fique
néogènes.
marine
joue
de submersion,
péninsulaires
mara, à une marqueterie
rmak,
dans le tracé des côtes. Des
dale de chenaux
dans la région
très
importante
et qui se traduit
typiques
nord-ouest,
blocs (Ulu da
par de
et Büyük
Cette disposition
Pontiques
intérieure
Pontiques),
tectonique
[Küçük
Menderes]).
térieur
des fossés
(chaînes
Cette
Méandre
d’innombrables
Larousse
Aux deux ailes du Taurus central s’ins-
des
çay, Gediz,
De part et d’autre
manifesté
persistante
de l’Égéide
formes
du relief
de distinction
encore parfois
se poursuit,
et à
étendues,
l’essentiel
intérieure.
s’y étagent,
ficile
d’érosion
Le
vers
également
de bassins
partir de ces bassins s’étendent
quater-
de la masse anatolienne
tout
En bordure
La séismolo-
des séismes très fréquents.
niques éogènes, on passe avec le Néogène à un régime
se
reste très active.
masse intérieure
les grandes
en sens inverse.
basculement
l’ouest
(Bakr
Thrace turque est constitué
que la tectonique
et
un trait
de rajeunissement
et actuelle
drainés
2 543 m) et de fossés occupés
l’Anatolie
gie prouve
ainsi que de nom-
noyaux
s’exhausse
longitudinaux
se
est-ouest,
m, entre
que
Dans
apparaissent
récifaux
tandis
2 000
fond bassin de la Marmara,
aujourd’hui.
naire
faisant
blocs
à l’affaissement
poursuivent
dominant
de schistes cristallins
de l’Égéide,
plus ou
s’affirmer
: la tendance
jusqu’à
et Grand
se traduisent
de
Au sein d’un
matériel
essentiel
relevés
dans la fa-
la masse du plateau
en grands
complexe.
et dépressions.
on voit
en revanche,
grands fleuves
transversale
Ces mouvements
la sédimenta-
tion est plus irrégulière.
Par ailleurs,
morcelle
fossés
par les plates-
culminations
orientale
qui sont d’âge paléozoïque)
et, vers l’est,
massifs
de
effectués
l’ouest,
égéennes,
les serrages
par une tectonique
alterner
parfois
des masses
roches intrusives
lyciennes,
éocène.
temps,
ortho-
aboutissant,
dans les régions
Vers
çade égéenne,
des axes oro-
masses de roches vertes d’âge crétacé.
et ces masses intrusives
néo-
de ces mouvements
en partie celle
notamment
de grandes
des sédiments
gènes. La direction
géniques,
mises en place dans les fis-
sures du géosynclinal,
la masse
Encyclopédie
et
peuvent
2 m de pluies.
La
plus grande partie de la haute Anatolie
orientale
et la façade égéenne reçoivent
encore plus de 500 mm de pluies,
le total
tombe
au-dessous
mais
de 400 et
même de 300 mm dans l’Anatolie
inté-
rieure,
nulle
sans toutefois
part au-dessous
laisse
partout
toire, la culture
L’opposition
littoraux
y descendre
de 200 mm, ce qui y
possible,
pluviale
quoique
des céréales.
thermique
aux hivers
aléa-
tièdes
entre
les
et le haut
11199
La Grande
plateau
Encyclopédie
aux hivers
Larousse
froids,
avec ces contrastes
permet
- Vol.
19
se combinant
su) ont des maigres
pluviométriques,
de définir
des régions
tiques. Une exception
marqués,
clima-
est constituée
le climat des régions pontiques
par
de l’Est,
sauf lorsque
tion est régularisée
karstiques
d’eau
et réparties
rya,
Kzl
en toute saison (maximum,
cependant,
tion
plus
et en hiver,
où la cycloge-
nèse est la plus active,
printemps).
et minimum
clémentes
et irrégulière,
(Samsum
teaux de l’Anatolie
du potentiel
les pluies
assez bien réparties,
de printemps
méditerranéen
auquel
s’ajoute
un minimum
secon-
mais les froids
– 8,7 °C en janvier
let).
d’été,
lié au beau temps
sont très rudes (Erzurum,
Partout
et
(un mi-
principal
anticyclonique),
fleuves
l’Euphrate,
rives
de pluies d’hiver,
doux (Izmir
lya
avec maximum
étés chauds et hivers
Dans
définir
secondaire
de convection
un climat
terranéen
en janvier,
s’ajoutant
d’hiver
permet
intérieure
est pratique-
type que le précédent,
mais avec une aridité
d’hiver
croissante
s’accroissent
: les
vers l’est
froides
De toute
pluies
reste
intérieur,
où les pluies
sur le plateau
d’hiver
peuvent
talement
d’eau
manquer
si l’anticyclone
n’en
Amer],
à 100 m),
très faible
Tuz gölü
la profondeur
[lac
Salé],
un caractère
plus forte que
et présente
résiduel.
très
agricoles
(lac de Van : 2,2 p. 1 000 ; lac
de Burdur
: 2,4 p. 1 000).
conservent
Les eaux
encore
peu près totalement
montagneuse
mais ceux-ci
ceux
de l’est
Ces derniers
une faune,
rus (Ceyhan,
11200
Seyhan,
azoïques
expliquent
sifs à l’activité
humaine,
réellement
à l’exploitation
du sel.
de la mer Noire,
dévalant
Ak
du Tau-
su, Köprü
l’étage
pin sylvestre,
risent
(sapin
les chaînes
avec un sous-bois
buis, rhododendrons,
Quelques
îlots
également
et même
vigne
de hêtres
mais les montagnes
néennes
vers 1 000 m d’altitude
tia, correspondant
l’olivier.
Vers
à peu près à celui de
de transition
gnard
verts
caduques
rel entre
caractérisée
ou des chênes
; l’un
à vallonnée
de ceux-ci,
(Quercus
en peuplements
cultivés
de rayonnement
façade égéenne.
de la
les forêts
aux hivers froids.
sont à
associés
à des sapins
cie, en expositions
humides
2 000 m dans le Taurus),
Le
dominent,
(sapin
Dans
ce pays sec à façades
s’opposent
mations
deux
végétales
grands
types
humides
de for-
: forêt sur les franges
En Anatolie
steppes
qui
intérieure,
dominent
peine entrecoupées
ou de peupliers
l’effet
de la pres-
contemporaine,
un siècle
et demi
les dévastations
la destruction
jusqu’ici
des forêts
à peu près in-
de boisement
de 13 p. 100 ne correspond
en raison
peut
en galettes
plaquées
les demeures.
d’autres
séchées
voir
ou en boules
partout
aux murs
amoncelées
La situation
reste, néanmoins,
favorable
le
par excellence
les déjections
qu’on
tapis végétal
vement
intérieure,
paysan
du bétail,
guère à la
ou dégradées.
l’Anatolie
reste le tezek,
officiel
des très nombreuses
buissonnantes
toute
environ,
du
relati-
par rapport
à celle
pays du Moyen-Orient
(Iran,
montagnes
du Levant),
évolution
historique
exprimant
dominée
une
pendant
« conser-
vateur de la nature ».
de 1 200 à
à des cèdres
(de 1 500 à 2 300 m dans le Taurus)
et son évolution
sous
des siècles par un nomadisme
de Cili-
et
à des genévriers.
Le tapis végétal
a repris
Le taux
sécher
dans
sous la végétation
de nouveau
devant
de la
dans toute
des ports
manifestes
Mais le déboisement
des maisons
au milieu
En altitude,
sèches s’adaptent
a
de den-
ruines
combustible
natu-
qui
de nombreuses
de montagne,
Dans
à feuilles
par l’homme,
du gland en tanin),
forestières,
tactes.
Âge,
de nombreuses
démographique
par des
(en raison
du Moyen
avec la baisse
activement
sion
ou
lors des invasions
turques
antiques.
surfaces
le chêne
protégés
le mouvement
se renversa
monta-
aegylops),
dispersé
se ralentit
réalité
600 et 1 000 m d’altitude,
été largement
l’aire
subméditerranéen
méditerranéen
est surtout
chênes
la zone du
rurale
romaine,
et provoque
— à Pinus bru-
l’intérieur,
et de prospérité
et de la paix
accélère
— jusque
péri-
des temps hellénistiques
qui, depuis
et méditerra-
un étage inférieur
démographique
arborescente,
comportent
de bonne
et les plaines
l’ensevelissement,
été
où la
lors des époques de pression
reprises
et du
—
dans les bassins
sité de la population,
« forêts sèches », adaptées au long
égéennes
et précoce
disparut
ensuite
entraînèrent,
de
sur les côtes
phériques
nomades
le domaine
Elles
heure. Rapide
même
et l’Amanus,
et le pin sylvestre
qui s’y limite
ainsi
en Thrace,
Sud sont essentiellement
peu résistante,
intramontagnards
(houx,
de l’Ouest
actif
forêt,
s’observent
dans le Taurus
a été particulièrement
à une
sauvage).
dans l’Istranca,
de déboisement
subarides,
de l’Est,
très luxuriant
Le processus
anthro-
sur ces hauts plateaux
caracté-
Pontiques
pogène.
le caractère
et le Bronze
à des pluies
hêtre),
dont des traces de boqueteaux
— dès le Néolithique
de Nordmann,
épicéa,
dans le bassin de
fores-
l’espace
pin noir
et répul-
orientale.
et la végéta-
», adaptées
saison
en était de même de la steppe
de chênes montrent
Anatolie
une fo-
à près de 50 p. 100
vers
sont de deux types. Des « fo-
en toute
était
jusque
large de 700 à 1 000 m,
rêts humides
et qu’il
boisée
dans le triangle
m en
tandis
de l’escarpe
sont très courts. Les cours
d’eau méditerranéens
délimité
aujourd’hui
rêt-steppe
de l’Ana-
à peu près totalement
300
Les forêts qui occupent
richesse
dans les lacs plus
centrale,
intense
que la for-
naturelle
l’Ergene,
qui y ourle les flancs des massifs.
10,1 p. 1 000 pour le lac Amer,
faible
végétale
inférieure
s’élève
humaine
On a prouvé
une limite
de 1 100-1
boisés. C’est le
action
de la Thrace centrale,
ainsi sur le plateau
bande étroite,
de
que les lacs salés peu profonds
soient
tier se réduit
s’installe
elle est
d’une
mation
tolie
et 2 800 m sur
des sommets,
des champs
n’y sont pas rares.
abondants
Attei-
résultat
et prolongée.
2 500 m sur
la steppe inférieure
gnant 32,9 p. 1 000 pour le lac Salé et
Les catastrophes
d’eau
dont
naturellement
orientale,
centrale,
to-
sont également
cours
qui,
presque
profonds
que les seuls
göl
lacs d’eau salée.
la nappe est moins profonde
davantage
(Ac
ne dépasse pas quelques
mais toujours
tion de printemps
climatiques
sont
encore pro-
supérieure
d’épaisseur
relativement
Ces conditions
Les
lycienne,
en Anatolie
sec méditerranéen.
de
géné-
en altitude
atteignant
tandis qu’apparaît
ou de l’étage
façon stable et où les pluies de convecirrégulières.
d’aujourd’hui
La salure y est d’autant
notamment
lignes
plus élevés que l’actuel.
la variabilité
très grande,
et comportent
à des niveaux
mètres),
des
des périodes
d’anciennes
23,4 °C en juillet).
façon,
sans
ou le coeur de la péninsule
de la forêt,
s’élève
de l’Argée
dur, de profondeur
[lac
– 0,5 °C en janvier,
les flancs
climat
parfois
: 303 mm,
sur le plateau,
fonds (tel le lac de Van ou le lac de Bur-
de printemps
(Konya
lors
plus que des restes, parfois
de pluies
de l’hiver
étendus
est
qui ont été beau-
observables
beaucoup
du maximum
sur celui
catégorie
par les lacs tectoniques,
fréquemment
nappes
: 10 m), et
pas varié au
La seconde
du Quaternaire
rivage
d’eau
: 18 m de
n’ont
souterrain,
en
des exu-
La pellicule
de rivage
plus
et il y a prépondérance
de convection
inondés
; lac de Beyehir
constituée
et à
de lacs
mais présentant
Quaternaire.
coup
5,3 °C
Il s’agit
est peu épaisse (lac d’Eridir
exutoire
et étés restent modé-
abondante
fonds de poljés
souterrains.
de
23,3 °C en août). Le climat
ment du même
toires
au
submédi-
: 612 mm annuels,
de l’Anatolie
froids
printanier
de transition
: hivers
rés (Istanbul
l’appari-
à faune
permanence,
les lignes
de la mer Noire,
principal
karstiques,
et sur les côtes
occidentales
par des lacs
très humanisées.
profondeur
égéenne
maximum
de la
douce,
de l’intérieur
de la façade
tion du maximum
; Anta-
les régions
de la Marmara,
de pluies
climat
: 8,3 °C en janvier
: 9,9 °C).
Thrace,
d’un
est constituée
lie orientale
Ankara-Konya-Kayseri,
bordières,
tion alpine
La
en deux catégories.
à la
de
même la
de la haute Anato-
chaînes
Entre
peut les ranger
partie
déboisée
2 100 m en haute
On
plus grande
du haut pla-
supérieure
le
pés par de vastes nappes lacustres.
ré-
la loi générale
vers l’intérieur
possède
sont occu-
Elles recouvrent
qui se situe vers 2 000-2 200 m sur les
d’aridité,
Les bas-
;
des étages de végétation
teau. La limite
de
de l’Anatolie
temporaires.
leur
un relèvement
dont la Turquie
du haut plateau
méditerranéennes,
la continentalité,
Anatolie
sins fermés
première
Suivant
et
d’hiver
la séche-
pluviométrie.
le Tigre
l’hydrologie
Mais
n’est pas liée seulement
orientale,
par l’endoréisme.
d’eau
typique,
descendant
cours supérieur.
En fait,
partition
ceux de l’Ararat,
par les grands
mésopotamiens
la haute Anatolie
resse de l’été. Sur les côtes égéennes et
il s’agit
est fourni
est dominée
à 1 900 m :
règne
disponible
L’es-
hydro-électrique
froid
pour 20 °C en juil-
ailleurs
méditerranéen
vers la mer Égée
sentiel
et deux minimums
d’hiver,
ceux qui débouchent
pour
Sur les hauts pla-
nimum
daire
mais qui reste médiocre
montagneuses
dans l’intérieur.
se marque
et pluies
particulièrement
et les bordures
ral des limites
où se combinent
Grand et Petit Méandre).
avec deux maximums
d’automne
une alimenta-
(Gediz,
orientale,
également
(Saka-
des neiges
côtières
steppe
Les cours
: 6,6 °C en janvier
et 23,5 °C en août).
restent
fonte
Les étés sont chauds sans
restent
ont
complexe,
de printemps,
d’hiver
çay).
intérieure
rmak)
au
excès ; les températures
leur alimenta-
(Manavgat
notamment
très
par des résurgences
de l’Anatolie
avec des pluies abondantes
en automne
d’été-automne
ce sont des
le paysage,
à
de rubans de saules
le long des cours d’eau
L’évolution
des genres de
vie et du peuplement
La turquisation
Le tournant
humaine
de l’Anatolie
essentiel
de l’évolution
du pays est, en effet, constitué
par les invasions
nomades
turques, qui,
La Grande
après la bataille
vont
de Mantzikert
très rapidement
plement
modifier
et la physionomie
Mineure.
Celle-ci
l’Antiquité
avait
byzantine
des céréales
méditerranéens
qui ourlaient
continu
le peu-
le voisinage
connu
temps
de
pros-
sur la culture
plu-
et sur les arbustes
(olivier,
figuier,
vigne),
ses franges
d’un
manteau
et avaient
même
largement
dans les bassins
intérieurs
du
plateau.
Le nomadisme
en tant
que
bleau n’avait
décisive
inconnu.
pas été modifié
par les invasions
des Arabes,
dont
teau, où le froid
dromadaires.
n’avaient
sur le haut plarebutait
ravages
provoqué
régression
et les razzias
hivernal
Leurs
cependant,
de façon
les tribus
jamais pu se naturaliser
Ce ta-
leurs
avaient,
certainement
déjà notable
une
Il serait,
prendre
en effet,
difficile
autrement
rapidité
de com-
du bouleversement
de l’Anatolie
terme
déjà employé
la fin du
XIIe
siècle,
pour
de
jusque sur
un peuple
issu des steppes froides
cessives
Arrivant
à la guerre
joukides
importants
et encore
mongole
venus,
leurs chameaux
de Bactriane,
moins
de dromadaires,
métissés
tés aux froids
d’hiver
submergèrent
notamment
les steppes
d’importants
d’été
la population
existante,
que les montagnes
étaient totalement
des exceptions
sion nomade.
purent
frange
de montagnes
là,
des
en été la
que se
abondance
de razzias
voisinage
Trébizonde*,
ultime
l’hellénisme.
La turquisation
ne s’acheva
modernes,
Un
fiés que les Byzantins
plusieurs
siècles.
retournèrent
rôle
analogue
reliefs
boisés
protégèrent
Petite
culte et paludéenne.
certaine
continuité
par les
oriental,
qui
s. l’État
XIVe
de
sur la plaine
où se replia
l’État
arménien
du plateau.
beaucoup
plus rapidement
occidentale.
tement
progressa
Dès le
figure
s., ils y font net-
XVe
de minorité
le nom spécifique
marchent
en Anatolie
et reçoivent
de yürük
(« ceux qui
»), qui les désigne
aujourd’hui
pour les différencier
paysans,
tandis
qu’à
l’est
ils conservent
centrale.
sion constante
dans
d’hiver.
dans le
qui persisteront
Ces plaines
côtières
oscillant
Sur le plateau,
de l’occupation
une
du
tard,
cilicienne,
jusqu’à
Dès lors sont
: l’arabisation
vers le nord, jusqu’en
des grands
la fixation
ment rempli
XVIIe
du
vers le haut plateau,
vivant
en parasites
sédentaire
kurdes,
Turkmènes,
en été, ont
beaucoup
plus
à cette
infiltrés
se fixer
nomadisme
de fixation
sous l’effet
d’une
sera en effet
attraction
gouvernementales
révoltes
turkmènes
vers
derniers
siècles,
en plus,
s’insérant
dans les mailles
de Bulgarie
un certain
d’une
ottomane
langue grecque,
est venu
des
et musulmans
qui continuent
total
rable, approchant
de
à parler
d’Anatolie
a donc
où
été considé-
sans doute 3 millions
(fournies
et oriental),
de la
et
russe vers
en quantités
représentant
être aujourd’hui,
avec leurs
comblé
totale.
Les muhacir
les vides
existant,
Les effets
géographique
de Thrace
du pays ont
ont largement
et de l’Anatolie
occiden-
de la Marmara,
ou centrale
(pourtour
Phrygie)
de la steppe
où ils ont été réinstallés
préférence.
En revanche,
peu nombreux
orientale,
de
ils ont été
dans la haute Anatolie
où la disparition
arménienne
de la popu-
lors de la Première
mondiale
laissait
cependant
d’importants
On jugea
ce milieu
difficile
pré-
dans les régions
tale (bassins
lation
de
sur la
du peuplement
notamment
à
descen-
dants, entre le quart et le cinquième
Guerre
dans les Balkans,
part la progression
plusieurs
de musulmans
dans les villages
la population
plus
de 1878,
en 1898,
peut-
« les émi-
à partir
de slaves
dental
que mal
part le recul
nombre
occi-
de la vie séden-
turcs
expulsées
peu près égales par les courants
paysanne.
(de l’ar. muhdjir),
exode
De Crète sont venus, après
été décisifs.
vers l’Anatolie
grec ;
un dernier
de 155 000 personnes
centrale),
», réfugiés
enfin,
territoire
tant
de plus
du réseau toujours
dont 400 000 en
de l’actuel
physionomie
supplémentaire
essentiellement
provenance
au cours de ces deux
les progrès
puissance
463 000 personnes,
de 1922,
de personnes
1860-1870
tant bien
turco-grecque
;
une
Les muhacir
qui suivirent
après la guerre
et de 1912-13
ils se sont installés.
(dernières
se pulvérisent
avec le repli
de 1877-78
Les
serré de la population
Un élément
balkaniques
de milliers
spontanée
et dans l’Anti-Taurus).
groupes nomades,
vagues, après les guerres
dizaines
que sous celui des
pressions
appartenant
que ceux d’Anatolie
de l’île,
du
généralisée,
vers la vie sédentaire
au même groupe
L’apport
phase de l’évolution
et réins-
sont arrivés,
Osmanlis
la perte
et occiden-
exode hivernal
Des Balkans
avec les Turcs
celle-ci
[Xin-
par le gouvernement
musulmans.
de Kütahya).
anatolien
tallés en Anatolie
de
jusqu’en
chinois
[1950-51],
sa
à la suite des
des Turcs
par les communistes,
le Tibet
d’Ankara).
de l’Asie
lieu,
après un extraordinaire
en 1951),
D’autres
des éléments
lors de la reprise en main
région
à travers
la
en 1859-
en provenance
arrivés
de cette
(après
du Caucase
dernier
de
musulmans
sont ajoutés
variés
arménienne
mondiale.
iront
tale (province
d’autre
S’y
massif
et l’exode
nord-occidentale
taire
en hiver
1864).
russe
aux dépens
définitivement
Guerre
en Cilicie
à courts
leurs
la Première
période
tra-
centaines
caucasienne
(en plusieurs
qui allongèrent
place après les massacres
précipiter
s. C’est
fut partielle-
dans les montagnes
de prendre
Anatolie
dans la
semi-nomades
oriental,
groupes
le
par les tribus kurdes*,
déplacements
grants
jusqu’au
Par ailleurs,
orientale
ditionnellement
turkmènes,
cohésion
de la fron-
laissé par les Turkmènes
haute Anatolie
Cham-
après la Première
vide
confédérations
leur
nomades
au
de Tcherkesses,
conquête
très
du désert syrien
turco-syrienne.
nos jours.
anatolien
de la famille
ou
un million
plusieurs
jiang],
de nomadisme
entre le désert syrien
de
en un milieu
tière
muhacir
russe, et 1914),
milliers
dans le désert
des
date de l’annexion
humaine
Guerre mondiale,
cependant,
1783,
eut une conséquence
mar, qu’a entérinée,
orientale,
entre
les Tatars
à la famille
turcs (peut-être
de
d’esti-
ou les hauts blocs
occidentale.
et le haut plateau
préservé
des
à la plaine
à des quartiers
En Anatolie
de grandes
et inculte
abandonnées,
les itinéraires
pendant
in-
les trouveront
égéennes
associent
de
de nouveaux
et à la plaine
constitués
la pres-
ces yürük
insalubre
vallées
simple
à une brousse
Ils
littorales
littorales,
»), connu
Devant
chercher
la brousse
grandes
au
des paysans qui se mul-
doivent
des plaines
nom de
total
appartenant
du Turkestan
La dernière
de Turcs,
sur le plateau,
quartiers
des
du Kzl
le vieux
(augmentatif
l’Asie
l’Ouest
encore
peuples
a été la reli-
outre
Kazakhs
Djézireh,
avant
a fourni,
de Crimée,
dépas-
ainsi que le cou-
massive-
plus ou moins
des nomades
rant oriental
C’est
et dont ils s’enfuirent
de la population
La fixation
islamique.
(en
Taurus
du
autoritaire
gion
et le seul critère
centrale
capitale
Les
été très variés
s’accou-
migrations
Les transformations
appelé
ils ne purent
ont, d’ailleurs,
turques,
genre
sur les bords de l’Euphrate
auquel
apports
centrale.
le cadre des populations
plus tôt. En
du Taurus,
et de l’Asie
du
sant largement
des tentatives
turkmènes
avec la remontée
antérieurs.
centré
après l’invasion
ment,
subsister
sera tenu
jusqu’au
cilicienne,
de
de paysans
du Taurus
Arménie,
tumer
de cette
et a laissé
beaucoup
Caucase
de Crimée,
oc-
sur les
logiquement
musulmans
19
et ethniquement,
le stock
d’un
pays
- Vol.
culturellement
invasion
actuelle,
administrative
ces groupes
de
que dans les temps
vage dans le Taurus
forti-
fixation
torride
ne pénétrèrent
linguistiques
totale-
points
qui était
à y disparaître
et
d’appui
par infiltration
y tinrent
bientôt
point
où les nomades
manquent
des nombreux
de vie
chameaux,
l’empire
l’époque
les
Larousse
tout
assurera la persis-
de la Méditerranée,
et à leurs
de l’Anatolie
temporaires
bords
aux pasteurs
qu’ils
sédentarisation.
tance, jusqu’à
le piémont
1461
groupes,
vers l’Anatolie
des yürük,
imperméable
cohérentes
de l’invasion),
amenuisé
se révéla
cienne (noms des grandes tribus encore
domaine
qui, avec
Beaucoup
nomade » qui, venant renforcer
épaisse,
jusqu’en
par petits
même temps, l’échec
de la
acculera
en une « seconde
tion
pamphylienne
au moment
cidentale,
syrien,
qui abrita
ottomane
du siècle,
et sa végéta-
tiplient
de la couche la plus an-
ment dans les régions
est-pontique,
s’infiltrer
constante
Turkmènes
à proximité
en la plus grande
ceux-ci
de celui
par la pres-
leurs restes à la dispersion.
son humidité
et les
intérieurs
trouvent
En revanche,
de l’obstacle
depuis
recherchaient
de la première
triompher
littorale
rmak
C’est
et les eaux courantes,
indices
des steppes ne
(yayla).
fraîcheur
les toponymes
à cette submer-
en particulier
hiver-
où ces nomades
steppes froides
Il faut
Les tribus
jamais
forestier,
pré-
bédouinisées.
où ils trouvaient
Pontiques,
ruraux
où put se maintenir
cependant
sion administrative
au long
permet d’y
foyers
époque que leur dislocation
vont
de l’administration
sens de « pur », « robuste
dans les bassins
des chaînes
adap-
conditions,
montagneux,
leurs pâturages
plus ou
où ils pouvaient
ner dans de bonnes
massifs
avec
des hauts pays,
rapidement
du haut plateau,
seld-
en groupes
lors de l’invasion
des envahisseurs,
nomadisme
systématiquement
s., les nouveaux
XIIIe
suc-
sainte par les sultans
d’Iran
à la culture
La toponymie
délimiter
qui se
de la
par vagues
expédiées
le
occidentales
s., et naturaliser
haute Asie.
»,
désigner
les rives de la Méditerranée
nomade
allait
la « Turquie
pays dans les sources
au
seldjoukide.
des noyaux
ethnique
qui, en un peu plus d’un
en s’assimilant
des hautes terres
l’extraordinaire
dans
des centres urbains,
les cadres
jamais,
du sol.
faire
dans
côte,
de l’occupation
être assurée
islamico-iranienne
signaler
pénétré
genre de vie demeurait
cependant,
maintinrent
dans
une grande
périté rurale, fondée
viale
sol put,
de l’Asie
et aux premiers
l’époque
(1071),
Encyclopédie
disponibles
espaces vides.
trop
âpre et trop
pour eux. Leur concentration
dans l’Anatolie
occidentale,
plus ac11201
La Grande
Encyclopédie
Larousse
cueillante,
a ainsi renforcé
d’évolution
humaine
de peuplement
majeurs
valeur
un contraste
a vu beaucoup
de ces dernières
devenir
relations
À l’échelle
locale,
ont
mis
et jusque-
encore
partielle-
lation.
et
étaient déjà oc-
villages.
Leur rôle
a, ainsi,
dans le peuplement
rural
capital,
les dernières
vagues seulement
(Turcs
de Bulgarie
notamment)
anatolien
assez réduits,
du roulage,
largement
dans une Anatolie
après les invasions
aux quartiers
été recolonisées
des paysans
domi-
s. L’acculoccupants
très imparfaite,
a
et le bilin-
reste la règle chez la plupart
d’autres
régions
de
langues que
ces plaines
internes
La répartition
conditions
de l’occupation
guées par les siècles
nomade
modifiées,
dernier
de prépondérance
qui traduit
phique
contemporaine.
grâce
à la conjonction
revenue
la pression démogra-
au cours
à une allure
passant
d’une
rmak,
les bassins
été repeuplés
foyer
est constitué
du littoral
par l’est
où la continuité
étroite
d’habitants
se mani-
occiden-
d’accroissement
est encore voisin
à
et les milieux
de l’Anatolie
le taux
à Istanbul,
et ont même
frange
côtière
qui la do-
sont également
où ils sont signadès le
s.,
XVIIIe
poussé des avant-gardes
jusque
dans les régions
bassins
de l’intérieur
centrales
égéennes.
Les
des chaînes Poli-
et de leur
autre secteur
rebord
in-
dense, sont un
d’émigration.
techniquement
de 2,4 p. 100, contre
été capitales.
Partout
de l’habitat
la limite
permanent
sur les flancs
montagneux,
ont
supé-
remonte
des massifs
naguère encore livrés
d’été
des nomades
les habitats
en hameaux
permanents.
steppe centrale,
et où se
temporaires
des paysans, bientôt
aux
es-
transformés
De même,
la
occupée il y a un demi-
siècle
par un petit nombre
lages
éclatant
de gros vil-
en été en un très grand
précoce
entre nomadisme
qui dominent
certes,
Les
ne doivent
aujourd’hui
s’agit
rents,
nomades,
de milliers
seulement
encore
grandes
dans l’Est
de groupes
tribus
de
kurdes
cohé-
oscillant
entre le haut plateau
en été (bassin
haut Tigre
au sud du lac de
Van)
et région
et le piémont
lycienne,
migrations
du Taurus
du
oriental
d’hiver
pauvres,
dans la
de la plaine pam-
à une fixation
basses,
qui
a été
d’évolution
en été
de plus en plus éle-
là d’un
que le prix
nomadisme
trop
élevé
de
de la
en particulier
reste
fourragères,
la luzerne
la forme
l’attraction
des cultures
subtropicales
récente
irriguée,
commencé
à prédominer.
élaborées
sous le climat
des régions
a
pontiques,
frais
plus
sommaires
(tentes ou abris rudimentaires)
dans les
gnardes
des vallées
du Taurus
monta-
ou des chaînes
ainsi que sur le haut plateau
anatolien,
où les migrations
s’organiser
sur les flancs
tout
peuvent
des blocs
proches,
la forme
est une vie pastorale
type alpestre,
à déplacements
de
estivaux
à courte
distance
(de 2 à 3 heures
de
marche
au plus)
et à l’intérieur
du
communal.
centre-anatolienne,
relief
Dans
se développent
marécageux
partout
persistances
déployées
diate
La mentalité
antiques
sauvage
dans
le maquis,
où ils restent
non greffés.
Expression
de l’activité
de nomades
et privés
de tradition
l’agriculture
turque
avant tout une agriculture
reste
pluviale
sans
pour la terre.
Les paysages
agraires
L’organisation
de l’occupation
révèle
la même
et l’habitat
impression
d’imper-
et d’inachèvement.
guère de régions
agraires
mosaïque
férents
parvenus
fixation.
moins
plutôt
en ordre
se tassent
ber une population
croissante.
groupé
L’habitat
lâche
où les terroirs
fertiles
nettement.
de la
peu à peu, au
dans les plaines
l’habitat
et
de la
grande ancienneté
sont suffisamment
façon,
une
de villages
en fonction
Les villages,
à l’origine,
a
à des degrés dif-
d’évolution,
plus ou moins
n’y
de paysages
mais
très complexe
de terroirs,
Il
continues
homogènes,
du sol
pour absorDe toute
prédomine
dispersé
très
existe çà
plaines
égéennes
à une altiEnfin,
: parfois
mois
tentes
à côté
fréquemment
d’hiver,
imméva
mois de la belle saison.
subsiste
et méditerranéennes,
fixation
récente
dans la
où il exprime
le long
des routes
postérieurement
de l’insécurité,
la
de
à la fin
soit
depuis
un siècle
environ.
Les seules
régions
d’habitat
dispersé
intégral
montagneux,
au milieu
où l’on
les basses
nomadisme,
estivales
ou abris
nomade
à l’état
et la
et dans
mais à proximité
passer quelques
des steppes,
des oliviers
retournés
depuis
tauriques
principale,
de l’habitat
des pasteurs
points
dé-
vallées
pour quelques
des champs,
l’arrivée
fortement
et là dans certaines
de migrations
de jardins
de
de nombreuses
dans la vie sédentaire
en de nombreux
arboricole
vers des fonds
à celle du village.
s’observent
antique.
ces migrations
situés souvent
tude inférieure
la steppe
où les contrastes
sont insignifiants,
estivales
gradée
fection
méditerranéennes.
À l’intérieur
et plaustellum)
s’est
majorité
de
en été
les habitations
sont beaucoup
Les instruments
la tradition
ménagements
Relativement
de la haute
ceux de l’agriculture
sédentaire,
littorales
si
ne prenant
partir
(tribulum
peu à peu fixés
lorsque
commerciales
des marges
qu’à
En revanche,
sont
sur les
dans les oasis persanes,
dépiquage
restent
limitée
du bétail
orientale.
grande
dans les plaines
du nomadisme
maisons
et refoulés
du sol. La
et les cultures
méditerranéenne
des quartiers
permanents
pondant
régions
à la
corres-
louant
vés ; il s’agit
régulières
la plus fréquente,
est la forme
familles,
des alpages
par des
direct
de la maison
leurs
l’érosion
parcours
Anatolie
Le semi-nomadisme
que des groupes de quelques
aux villageois
ne
des pentes
l’élevage
guère de place
à un système
associés
basse Lycie ou l’ouest
d’été
que dans
byzantine,
aujourd’hui
en habitats
subsistent
vers
jachères,
suite de la transformation
En Anatolie
d’hiver
occidentale
contre
avec
à une fixation
zone de fixation
saisonnières
en hiver.
pâturages
liaison
avec hi-
serait très néces-
pour l’aménagement
et la lutte
La
est à peu près in-
alors qu’elle
au simple
régionale
doubles,
territoire
plus guère dépasser
la centaine
C’est
la vie
connue,
mais aussi la
face à la frontière
de mobilité
anatolienne.
qu’il
géographiques
la péninsule
peu évoluée
et les nombreuses
en terrasses
guère que
cultivée.
sont à peu près inexistantes,
montagneux
et vie sédentaire
inverse,
anatolien
à l’échelle
et
de transition
rurale
annuel
mobile
Ce sont la mobilité
formes
de per-
n’est
de 6 p. 100 de la surface
culture
est
et la part de
domine
Pontiques
Une paysannerie
pluviale,
saire
de sédentarisation
et de population
Les conséquences
11202
sur cette
Ces émigrants
personnes.
tivaux
plus de 3 millions
et les pentes abruptes
2,8 à 3 p. 100 à son plus haut niveau.
multiplient
atteignant
accumulations
essentiellement
irriguée
La culture
importantes
phylienne.
La vie rurale
en
tendance
de la fécondité
évolués
parcours
pon-
des ravages des nomades
autre foyer notable
en 1945 et à 39 mil-
en 1977. Bien qu’une
en altitude
d’origine
de l’occupation
de très fortes
minent.
ont,
par des émi-
grants dont le principal
de cette période
feste déjà dans les villes
rieure
paphlagoniens
de 15 p. 1 000,
de 13 millions
la diminution
tale,
rmak
turque.
en-
techniques
vernage dans les plaines basses, ne pré-
de villages
précoce
mortalité
Sur
tout à fait exceptionnelle,
1927 à 18 millions
plus
spécialisée.
sur le haut plateau
et du Kzl
terne,
natalité
de riches
plus rare, correspondant
du Yeil
tiques
La population,
et d’une
aux environs
a augmenté
et de recolo-
de Pamphy-
sont devenus
lés en groupes compacts
au cours du
de reconquête
explosive
radica-
ces fossés
millions
la plus ancienne,
deltaïques
nombreux
par un puissant
nisation
encore
part,
surtout
demi-siècle,
mouvement
lions
du sol lé-
ont été, d’autre
lement
et les
achevé,
des
Il intéresse
Le semi-nomadisme
où il a abouti
de personnes
de la population
être
sonnes.
les plaines
humaines,
de population
sans doute plusieurs
septentrionale,
a permis
et mouvements
par
directe
de l’agriculture
l’agriculture
de
qui ont le plus
du nomadisme.
la façade
du sol à l’abri
contemporaine
peut
comme
d’agriculture
tique,
démographique
itinéraires
forme
de moins
pris la succession
ont
en
part, reste
aujourd’hui
souvent
aux nomades fixés et aux
aujourd’hui
généralement
nomade se marque
core dans les insuffisances
du Taurus et des
avec des déplacements,
et livrées
du haut pays, associés
considéré
très généralisé,
n’a plus de jus-
économique.
Cette filiation
d’une
d’autre
100 km d’envergure,
progressivement
Ce repeuplement
Pontiques,
des
les plaines
de l’Anatolie,
part, et les montagnes
chaînes
normal
entre
désertées
de nomades,
muhacir.
de même,
le turc osmanli.
Pression
de la façade
et ces bassins de la Marmara,
par eux
et
de la popu-
turques
d’hiver
lie et de Cilicie
XIXe
régionale
et méditerranéenne,
à l’exception
où le portage
ceux qui parlaient
égéenne
de vastes
type
humaines
périphériques
internes
Les basses plaines
de l’Égéide,
avec les anciens
guisme
de migrations
ont été, dans
diffusé
à la fin du
été, au total,
et cultu-
permanents.
se sont produits
grand nombre
en partie dans les villes.
l’ensemble,
turation
été
ayant
Mais leurs apports techniques
Par ailleurs
de redistribution
de bassins du haut
cupés par les vieux
des habitats
mouvements
montagneuses
des piémonts
nait encore
aujourd’hui
en
alors que les sites plus variés
rels au milieu
tification
qui reste un des traits
vallées
été réinstallées
vie rurale, alors qu’elle
le semi-nomadisme,
centrales
attrayants
terre empêche de se fixer. En revanche,
d’hiver)
ment marécageuses
pays,
de yayla (situées à peu près à la
que les villages
des terres médiocres
ou parties
nombre
même altitude
les muhacir
là délaissées,
19
et de densité
du pays.
néanmoins,
- Vol.
Pontiques
pondant,
se trouvent
dans l’est
et sur
refuges
en pays
des chaînes
le littoral
sédentaires
corresrestés à
peu près imperméables
aux nomades.
Quant
aux
agraires,
champs
ouverts,
paysages
avec pâture
les
du bétail
La Grande
sur les chaumes,
l’Anatolie
intérieure
rebords
internes
riques.
n’a
dominent
dans toute
et les bassins des
des chaînes
été que
ultimes
rarement
poussée
conséquences,
en grandes
du terroir
en extension,
à quelques
Le système
nautaire
ne présente
Les parcellaires
aucune continuité.
sont
en champs-blocs,
ment dans la steppe centrale,
apparaître
des quartiers
champs
allongés
partages
systématiques
liaison
notam-
qu’on voit
homogènes
qui
de
expriment
tagneuses
périphériques
partie
des plaines
minent
des paysages ruraux
où des cultures
(légumineuses,
transition,
au nord-ouest.
de cette
a été remarquable.
manifestée
riodes
aux
totalement
qui résultent
de l’augmentation
se soit
et
s., pé-
XVIIIe
d’affaiblissement
ottomane,
à partir
des concessions
conditions
dans
du régime
viagères
sont,
satisfaisantes,
vaillent.
dans
de la terre
importante
qu’ils
essentiellement
plaines
égéennes
la façade pontique
parasitaire
pilote
est de
dans l’Est
inté-
au minimum
sur
du pays. Nettement
dans les régions
arriérées
elle joue au contraire
dans l’Anatolie
un rôle
occidentale
et
centrale,
où les ferments
de progrès
technique
se développent
essentielle-
variabilité
tagneuses
érosion
des sols
cette expansion
d’apporter,
amorcée
la
sion démographique,
nise essentiellement,
des contrastes
au premier
chef,
(pavot
à opium
le plateau
intérieur,
dominent
Aux
Pisidie,
rose à parfum
bassins
pisidiens),
nouvelle
venue
lière.
climatiques
et,
se replier
voué aux cultures
céréalières,
et les marges,
les cultures
où
commerciales
L’agriculture
partie importante
du plateau
devrait
vage, reconverti
du plateau
reste,
céréalière,
des céréales
dans
L’agriculture
marges
des plantations,
de Samsun,
un syscéréa-
également
être rendue
suivie
par les
(le quart)
Les arbustes
du littoral
de plantation
depuis l’ouau commerce
au
s., grâce
XIXe
en coque et au séchage
relativement
facile,
tage commercial
climat
humide
fruits
frais
qui assure un avan-
considérable
sous ce
en été, où le séchage des
est impossible.
Avec
expoqu’une
à l’éle-
sur des bases fourra-
subtropicale
fondée
de 100 000 t de noisettes
moyenne,
la Turquie
merce mondial.
égéennes,
déjà
par d’autres
la dernière
tion des plaines
précises,
et cili-
1930-1940)
les plaines
plantations
le com-
pamphylienne
(depuis
prise
que dans
où la place
était
cultures,
ex-
phase de recolonisabasses. Enfin,
ont des localisations
qui manifestent
climatiques
d’avan-
particuliers,
dans
autarcique.
de café à l’époque
était possession
très
une évolution
économie
de l’État
turc, moins pour une consom-
mation
autochtone,
mation
par les soins
qui reste modeste,
ou la consom-
des touristes,
qui va croissante.
La vie urbaine
les Turcs
Les invasions
turques
moins
la charpente
modifié
l’Anatolie
urbain
bli
était
presque
dès l’époque
concerne
Turcs
ont
insignifiant
manence
en ce qui
dans la plupart
= Konya
etc.).
Cependant,
d’un
= Kayseri
grand
entraîné
nombre
décisif
venus
d’un
villes
dont
exprime
de villes
dans la création,
de petites
secondaires,
et bourgades
le développement
la nécessité
de mar-
a rapidement
dont
augmenté
siècle.
La propor-
tion de noms turcs atteint ainsi les trois
sont peu à peu convertis
au thé à par-
quarts du total des noms de chefs-lieux
tir de 1930,
d’économies
d’arrondissement,
à adopter
totalité
de devises,
sont
pour raison
qui a conduit
qu’on
pouvait
du pays.
obtenir
autour
depuis
thé. Au même
agrumes,
siècle
est du littoral
1965
type
développés
quinzaine
d’années
la courbe
du littoral
sur
tachier,
subaride
d’Anamur
vince
De toute façon,
duit en Anatolie
précise
appartiennent
les
des plans
depuis
à l’extrême
une
sud de
du Taurus central,
Le pis-
dans le Sud-Est
du pays, a connu
une conception
ment ils ont substitué
récemment
ments
nus.
ont intro-
de la vie urbaine.
de
et d’Alanya.
les Turcs
est même
un demi-
islamiques,
plus spécifiques
Souhaitant
camps
leurs
Non seule-
le désordre
mais
sont
villes
champêtres
près d’eaux
courantes
verdoyants,
les Turcs
abandonné
les sites perchés
étaler
quelques
largement
kilomètres
toute
à l’organisation
de la cité antique
de vastes
pour
de pro-
sont pré-turcs.
nouvelle
depuis
arbre naturel
des noms de chefs-lieux
exportatrice
implanté
alors que la quasi-
pontique,
sur les côtes méditerranéennes,
et le bananier,
autour
se
développées
de Rize, et la Turquie
devenue
sur le
Les plantations
considérablement
dans l’extrême
une
à
grand
dans des campagnes
la population
;
la dis-
des nouveaux
contemporaine,
nombre
; Ico-
après une phase de
l’apport
l’époque
= Svas
; Caesarea
qui avait
s’est révélé
les trans-
des cas par la continuité
nium
parition
La per-
est soulignée
(Sebastia
dégradation
les ac-
de provinces.
ethniques
toponymique
nombre
parmi
des cités à travers
formations
et les
qu’un
de fondations
tuels chefs-lieux
éta-
principales,
ajouté
de
Le réseau
byzantine
les villes
n’y
récent
urbaine
entièrement
au cours du dernier
se
ont beaucoup
que sa vie rurale.
chés locaux
Grands
où l’Arabie
ottomane,
est aujourd’hui
et commercialisé
antiques,
d’autres
vers la mise en valeur intégrale
tages
en
Le coton, plus répandu
dans les plaines
des
que les céréales
une
production
domine
à vin. Le vin, depuis
fabriqué
du
c’est le noi-
développée
sous
Dans
du delta
de la mer Noire
cienne
y
en
peuplements
notamment
que pour l’exportation
et figuier,
Rize,
puis européen
de
méditerra-
olivier
jusqu’à
à l’exportation
et la
sur le littoral
néens traditionnels,
territoire
des terres céréalières
bien
de la Marmara
important
tandis
est essentiellement
bassins
boisson
vers des zones moins
sées climatiquement,
près de la moitié,
(Smyrne)
buveurs
plus stable et
devrait
fournit
d’Izmir
la bette-
que la monoculture
celle-ci
le départ des chrétiens,
dont la région
une
gères irriguées.
essentiellement
et la proportion
Mais
total),
en rotation
chimiques,
beaucoup
de vignoble
est le cas du théier.
et en haute Anatolie
d’engrais
forme
Typique
du Nord-Ouest
d’un
l’essen-
d’une
dans les pays du
rmak
est concentré
le cadre
et déjà importante
où elle amorce,
en
et de
ajoutée
intéressante,
d’Eskiehir),
orientale,
fumées
dans quelques
s’est
en Phrygie
moyen Kzl
in-
très réduites
de Phrygie
rave à sucre, d’ores
néanmoins,
entre
cultures
de Cappadoce
avec les anciens
tiel de la récolte du tabac (120 000 t au
prime
du pla-
sur les terres
des villages
plus évolué
subtropicales.
en effet,
la culture
proches
du pays s’orga-
de l’opposition
une
des précipitations.
traditionnelles,
tème de culture
agricole
inutilisés,
mais l’économie
intensifier
dustrielles
apport
La géographie
dans de
du pays est devenue de plus en plus fraIl faudrait
par les ports et
et arméniens,
russe,
de
dans les hautes vallées
grecs
verture
posé par la pres-
avec le blé et à l’aide
Les cultures
vivrières
encore
les voies ferrées,
c’est
Elle a permis
sur le plateau et
liaison
sur l’extérieur
prédominante,
réalisée
pluviale
au problème
(région
mécanisation.
fonction
agricole.
céréalière
espaces
solution
s’est
mais
ouverte
éco-
par le développement
la culture
vastes
que
à raisins,
ou du rebord sud du Taurus oriental,
qui est la culture
par une sévère
Sur
et en Thrace
la façade égéenne, la plus précocement
setier
ou sur des pentes mon-
menacées
pour la vente.
rmak
rend les récoltes
d’Izmir)
largement
Yeil
où la
égéennes (région
à part
sur les côtes
qui déborde
pontique,
sud-orientale,
des pluies
en Thrace,
ment dans le cadre de ces grandes propriétés où s’est notamment
ou de l’Anatolie
importante
dans la réparti-
l’est
de la steppe centrale
teau et la diversifier.
tardivement
et surtout
Elle est réduite
de l’Est,
Cilicie,
ment marginales
une place
a été décisive
restent
climatique-
à la vigne,
dans
19
en plantations
faire
de vignoble
cultise sont
il faut
sous forme
dans le paysage.
En effet,
les régions
gile, liée au caprice
et méditerranéennes
pamphylienne)
recolonisées
reste rela-
dans certaines
des Méandres,
la plaine
tra-
(20 p. 100 du sol
et plus)
(plaines
l’en-
pour la plupart
La grande propriété
tivement
les
et les paysans
turcs sont aujourd’hui
propriétaires
antérieur
(timar),
dans
européen
Enfin,
méditer-
sont importants
des conditions
dangereuses.
très aléatoires,
de l’autorité
sociales
semble,
rieur.
(çiftlik)
essentiellement
décroissent,
et de la Marmara,
- Vol.
autour de Gaziantep.
du commerce
la mer Noire.
ces
commerciales
les
L’influence
et celle
des surfaces
ou même
le Sud-Est).
région
Mais
dans
et égéennes, riz surtout
par rap-
vées, alors que les rendements
stables
vers la grande
XVIIe
La production
a doublé.
do-
céréa-
de blé (10 Mt) a triplé
surtout
héréditaire
production
(3,5 Mt)
les
orientale.
de l’orge
des terres
propriété
dans
hautes terres de l’Anatolie
logiques
évolution
le seigle et le mil-
un grand développement
blé et orge dans les régions
ranéennes
Larousse
60 p. 100
(maïs
tion de ces cultures
de
Blé et orge
de l’importance
accomplis
Bien qu’une
méditerranéen
largement,
progrès,
que
de printemps
1930-1940,
inorganiques.
Le régime
guère s’intercaler
du climat
lière
dans
pois chiches,
abondantes
L’essor
tra-
dérobées
port à la décennie
mon-
côtières
à jachère
en
et la plus
grande
biennale
actuelle
d’incultes
Dans les régions
pontiques
les
avec la poussée démographique
contemporaine.
régions
let prenant
seulement
des terroirs,
à plus de 90 p. 100. Il s’agit
dominent
essentiellement
et c’est
vers la périphérie
commu-
encore cependant
en moyenne
dans la zone des pluies
limité
y couvrent
du sol
rotation
vaillée,
de
du pays,
etc.) ne peuvent
est infini-
ment plus réduit
d’une
cultivées,
dans l’ensemble
la jachère
et l’assolement
soles continues
îlots.
à ses
des terres
75 p. 100
y monte
périphé-
Mais l’organisation
l’ensemble
Encyclopédie
des éléintervecomme
et aérés,
et de pâturages
ont fréquemment
leurs
parfois,
antiques
villes
à
souvent
11203
La Grande
11204
Encyclopédie
Larousse
- Vol.
19
La Grande
sans changer
se sont
le nom. En même
développées
estivales
souvent
ces villes
d’air,
calqués
semi-nomadisme
Beaucoup
ont ainsi
plusieurs
dizaines
distance,
où migre
appréciable
plateau,
de jardins
cita-
de
encore une fraction
souvent
Sur le
de quartiers
situés à la même altitude
On connaît
que
des exemples
latya notamment)
de villes
par se transporter
définitivement
(Ma-
qui ont fini
sur le
site de leur yayla.
Cette
se traduit
l’aspect
des cités
maisons
de type
leurs fonctions.
de plus
core
« rurale
(où
dans
dominent
villageois)
première
des
anatoliennes
minéralisées,
sont
: chrome
man, à l’ouest
les régions
soufre,
des métaux
Le pourcentage
atteint
de
dans la popula-
fréquemment
à 40 p. 100 jusque
de 30
dans des villes
40 000 à 50 000 habitants.
a été tardive,
de
L’urbani-
depuis 1950 que la population
croît plus vite que la population
de plus de 5 000 habitants)
que
totale
en
contenu),
dévelop-
exploi-
l’extraction
nationale.
de Divrii,
unité
C’est
dès avant
des gisements
à Karabük,
de kilomètres
mixtes
alors
Ankara*,
Izmir*,
Adana),
que la part des agglomérations
de 5 000 à 20 000 habitants,
n’ont
que les
fonctions
supérieures
pas encore
atteintes,
ne cesse de diminuer.
ment notable
Industrialisation
développement
Les
ressources
Turquie
pétrolière
au Raman
da,
guldak,
fournit
du Sudpas
houiller
les
de Zon-
centres
et de nombreux
dispersés
gisements
surtout
produisent
L’équipement
Brousse,
Svas)
en Cilicie
les barrages de Saryar,
sur le Sakarya,
sur le Kzl
rmak,
est
dans une phase décisive
depuis
1970 avec la mise en service
du bar-
rage du Keban,
la production
sur l’Euphrate,
doit
atteindre
part, la Turquie
dont
6 TWh.
possède
déjà
agricole
population
active
extérieur
Le commerce
par l’exportation
coton,
fruits
au premier
partir
et archaïsme
orientale)
restent
d’une
so-
moderne
à
fondé
grandioses,
Rien ne semblait
voir
ce sol et ces hommes
prédisposer
fusion
de-
rien ne les préparait
si complète
paysan
turc un individu
attaché
à sa terre,
à
qui a fait du
profondément
de tout
citoyen
un
: le double héritage
sur les héritiers
pèse
et conditionne
dans une large mesure
leurs modes de
pensée et leur manière
de vivre.
F
Anatolie
/ Ankara
La formation
de
la Turquie
/ Istanbul
donc devenu
la Turquie
que lentement.
impossible
de lui donner
naissance.
Au sens propre
la Turquie
est née seulement
de la Première
Guerre
décomposition
de l’Empire
comme
sont
/ Izmir.
arabes
États
chrétiens
Forschungen
(Kiel,
1937).
kleid
Anatoliens
hlag,
Turkey,
Haye,
1958
Growth,
/ H. Louis,
(A.
und
Taurus
in
Turkey,
im mittleren
du
(A.
Internal
Seuil,
coll.
tanatolien
(Kiel,
(Londres,
1971).
paysanne
Roux,
« Microcosme
1972).
in
1970).
(trad.
», 1968)
; les
méridio-
(trad.
Bursa,
du
turc,
peu,
pour
Au sens
peut
de celle-
bandes
En
armées
des descen-
(ou Saldjk)
quittent
sont installées
envahir
depuis
Turkey
L’HISTOIRE
l’Arménie
; elles
prennent
Ani et Kars. En 1071, elles se
heurtent
aux Byzantins
Mantzikert
permet
à la bataille
(auj. Malazgirt),
d’occuper
de
ce qui leur
une grande partie de
jusqu’aux
abords
de la mer
Égée.
Cependant,
Nordwes-
/ J. C. Dewdney,
où elles
et les
à la dynastie
sous la direction
l’Anatolie
/ E. Tümertekin,
Turkey
/ R. Stewig,
et
Turquie
de la Turquie
Maisonneuve,
aux
of Turkey
les
des Ottomans*.
les premières
l’Iran,
empire,
/
Tunçdilek
/ J.-P.
des nomades
1968).
vie
/ N.
The Population
Migrations
Istanbul,
et
1959).
1959).
1968).
ou
avec l’histoire
dants de Selçuk
in den
pamphylienne
1064,
turques
kur-
; Ländliche
(Göttingen,
nomadisme
Istanbul,
of
temps,
et son histoire
ci, puis avec celle
Ber-
Inneranatolien
pisidiens,
ottoman,
des Balkans.
se confondre
(La
Challenge
1959)
südlichen
De la plaine
Traditions
the
(Marburg,
im
Transition
/ W. D. Hütteroth,
Planhol,
turc,
nale
/ Z. Y. Hers-
Yaylabauern
Maisonneuve,
(Éd.
1939).
Economy
1968).
E. Tümertekin,
du
Pflanzen-
de la
du Proche-Orient
des Seldjoukides*,
natürliche
Vierhundertjahren
X. de
lacs
an
; 2e éd.,
Siedlungen
letzten
Das
(Stuttgart,
Leyde,
gnomaden
im Inneranatolien
à l’issue
mondiale
le plus large, elle remonte
H. Wenzel,
Il est
du terme,
nés en même
États
ne
une date de
un peu avant, de ce même
X. P.
de Rm
ni le sultanat seldjoukide
ni l’Empire
gurent
la Turquie
l’autre
ne forment
turcs
ottoman
moderne.
Ni l’un
vraiment
accomplis.
ne préfini
des États
La langue
officielle
est le persan, et les terres que les sulL’Asie
Mineure,
des Turcs
avaient
la région des Détroits,
occidentale,
connu
fois millénaire,
(noisettes,
raisins
d’une
richesse
avant de passer
de la fin du
une histoire
histoire
s.,
plusieurs
au demeurant
exceptionnelle
et d’une
à peu près à
importance
insigne
pour
représentant
tout
puisque
marquée,
entière
XIe
tans dirigent
sont encore
une majorité
de Grecs,
de Kurdes.
sous la domination
à partir
postes,
rang,
(extrême
de ces bases sera difficile.
Trois
se situent
des steppes,
les
mais éphémères.
l’est
démo-
son terme.
régionaux
de l’Anatolie
progressivement
agricoles.
égalité
social
demeurent
enga-
des empires
et ils y avaient
Ce qui est aujourd’hui
pré-
est re-
essen-
en Asie cen-
dans ce que nous nommons
par
jusqu’à
sous-développement
la Thrace
des produits
secs et figues)
a permis,
: 75 p. 100 de la
est dominé
tabac,
reste
en Mongolie,
des sur-
mais elle atteint
Tarsus, Mersin).
gés dans l’agriculture.
seulement
en 1973. L’extension
pour 40 p. 100
le pays
tiellement
plus
sont très dis-
cotonnière
concentrée,
Néanmoins,
Erzurum,
Les industries
notamment,
(Adana,
An-
moyennes
industriels
importants.
persées. L’industrie
environ
et d’Iz-
Malatya,
sont des foyers
les
(un tiers
Adana,
de villes
Kayseri,
en Ana-
depuis 1950 avec
d’Istanbul
kara et beaucoup
Elles
Après
mir (un sixième),
lativement
hydro-électrique,
entamé sérieusement
et de Hirfanl,
aisément
diffuses.
habitant
dischen
d’État
et privés.
industrielle)
5 Mt
charbon
développe-
de la production
(Eskiehir,
ont
avec des capitaux
importants
alimentaires,
d’un
un
notamment)
sur les côtes de la mer Noire,
occidentale,
D’autre
(textile
ou moins
de lignite,
entré
La
(3,5 Mt par an
cependant
; le bassin
cokéfiable,
6 Mt.
de la
en Anatolie
ne couvre
besoins
tolie
énergétiques
de
manufacturières
sont extrêmement
ne sont pas négligeables.
production
Est)
et
(capacité
en Sibérie,
avaient
par habitant
était estimé à 546 dollars
unité
1,2 Mt).
part
que
sur
à Iskenderun
d’autre
intérieur
et industrielle
terranéenne,
connu
Le produit
ciété urbaine
en 1972 sur la côte médi-
Les industries
1938).
à capitaux
a été ouverte
De
nal par tête : 160 en 1970 pour 100 en
L’édification
cité de 600 000 t). Une troisième
et des Byzantins.
encore
du revenu natio-
contraignants.
(capa-
chrétiens
ardent patriote
de pay-
de vie n’augmente
première
et privés,
premiers
cette
du pays.
reste un peuple
Les déséquilibres
une deuxième,
d’État
commercial
(indice
des
à se rencontrer,
le prin-
graphique,
straté-
de
est d’ailleurs
les États-Unis)
très lentement
des Romains,
deux Turkestans
fédérale
à une cin-
À cette
s’en est ajoutée
partiel-
à l’étranger,
Celle-ci
sans. Le niveau
des Grecs,
trale,
en 1972) et le revenu
d’Allemagne.
La Turquie
Deux
déficit
en République
cipal partenaire
Perses,
du
essentiellement
aussi (devant
des
vécu longtemps
: le tourisme
émigrés
des Lyciens,
ces territoires,
sent, de faire face à la croissance
à l’intérieur,
(400 000 t d’acier),
à capitaux
(900 000 visiteurs
des Phrygiens,
des Hit-
les-
et lourd
commerciale
successive
du
parmi
nationaux
au développement
(Istanbul*,
est
(hors de portée des plus grands
d’État,
la balance
ville
avant d’occuper
comblent
le chronique
par l’action
vieille
19
leur côté, les Turcs*,
faces cultivées
pour raisons
de marine).
lement
la plus
- Vol.
des
ou semi-finis,
importants
:
tites,
Larousse
La part
la mise en
la côte même cette fois, à Ereli
villes
ce-
houil-
1970. Et cet essor est dû exclusivement
des grandes
en
atteint
du bassin
dans un site choisi
finis
éléments
du
que la sidérurgie
de fer, d’abord
canons
rations
38,7 p. 100 de la population
exploitation
rurale.
(agglomé-
et de
la production
née en 1938-39,
produits
et viande.
des travailleurs
une sidérurgie
ler de Zonguldak
giques
ne représentait-elle
[Bursa]
1 100 000 t de fer contenu.
urbaine
Encore
et dans
Mais
quantaine
et c’est seulement
(à Güle-
non ferreux,
à proximité
peaux
un
d’ovins)
pas 10 p. 100.
sont
pendant
de 35 millions
höyük,
monde,
de bovins
n’atteint
par des sociétés d’État,
fer alimente
de 12,5 millions
et de plus
laine,
(il existe
tapis,
tés directement
exportés.
de l’élevage
en métaux
En fait, la quasi-to-
orientale,
comme
les
antimoine.
industriel.
les produits
Çatal
(10 p. 100) avant
ceux de l’artisanat
Il y avait là les bases d’un
pement
les minerais
Puis
dominent
; 200 000 t de métal
cuivre,
viennent
du total.
quels
du lac de Van,
de Brousse
près du tiers
fortement
surtout
Anatolie
51 en-
Enfin,
spécialement
non ferreux
Fethiye
orientale
très imparfait.
ensemble
troupeau
bien que le
de l’Anatolie
En 1960, sur 151 villes
agricole
tion active
chaînes
et un
considérable-
récemment,
des gisements
activité.
population
qui s’est
À partir
l’agriculture
avec un
(8 000 km) qui est
et dans
de 10 000 habitants,
avaient
sation
» de la
largement
routier
ment amélioré
talité
conception
vie urbaine
réseau
reste encore
à
de kilomètres
il s’agit
ferroviaire
désenclavement
voisines,
de la population.
appréciable,
le plus dense du Moyen-Orient
de
des yayla
dans les montagnes
la ville.
à iti-
sur ceux du
rural.
une infrastructure
réseau
des côtes méditerranéennes
ou pontiques
dines
des migrations
de changement
néraires
temps
Encyclopédie
l’humanité
depuis
très
Les frontières
diterranée
points,
atteignent
demeurent
par celles
de l’Empire
d’autres
actuelles
tout juste la Mé-
et la mer Noire
puisqu’elles
par
d’Arméniens,
en deçà des frontières
puisqu’elles
celles
habitées
en quelques
sont
contenues
byzantin,
monarchies
par
turques,
11205
La Grande
Encyclopédie
Dnichmendites
Artuqides
pendant
Turkmènes
L’Empire
empire
ottoman
de l’islm
19
unité
de Haute-
que progressivement
nomades
de
se prétend
un
; il cherche
à s’irani-
; il donne,
jusqu’au
ser et à s’arabiser
XIXe
- Vol.
un siècle,
(ou Ortokides)
Mésopotamie,
l’Est.
Larousse
ethnique,
l’époque
ne s’est
entre le
grossier
confédération
turque,
; il est une vaste
dirigée
contemporaine.
son rôle
Seldjoukides,
taposent
; comme
celles
ses frontières
pas à celles
turque.
chaque eth-
ne se jux-
forment
d’abord
égéen qui ne représente
pas plus la Turquie
que les autres émi-
rats de plus grande importance.
deviennent
les maîtres
territoires
parmi
Puis ils
d’innombrables
lesquels
la « Tur-
quie » n’est qu’une
province,
on oserait
presque dire parmi
les autres. Plusieurs
des villes
ou des régions
de l’actuelle
Turquie
ne sont
ottomanes,
turques,
que bien tardivement,
après diverses villes
le resteront
que bien
pas. Andrinople
est conquise
en 1415
tanbul)
en 1453 ; Konya,
que Trébizonde
sont
guère
(Is-
Karaman
ottomanes
peu plus tard encore,
Diyarbakr,
; Smyrne
; Constantinople
définitivement
rum,
qui ne
(Edirne)
en 1361-62
(Izmir)
sont
et même
balkaniques
ne
qu’un
en même
temps
turque
; Erzu-
devient
Malatya,
englobées
Kayseri
dans
ne
l’Empire
l’avenir
de la
Turquie
moderne,
c’est
la volonté
Mustafa*
Kemal
Atatürk
qu’elle
constituée
par toutes
l’Empire
rétrécissent
mais,
peuplées
de
soit
les régions
en majorité
et
XVIIIe
du
de
par des
Turcs.
turcophones,
ritables
nationalisme
des éléments
plus
Importé
1944),
en 1897 : « Je suis turc, ma race,
ma religion
raître comme
une incroyable
elle associe
le facteur
religieux
au facteur
Dès lors,
pourtant,
développe,
Emin,
Gökalp
(1876-1924),
Vatan
(« Patrie
officiers
le gouvernement
qui ne trouvera
une guerre sainte
ni à l’intérieur
des frontières.
la résignation
des Italiens
à Adana,
la perte
des territoires
ciels turcs qui reconnaissent
offi-
encore en
arabes
du Le-
de constitution
d’une
Kurdistn
massacres
osé d’estimer
sur la fuite
qu’elle
il n’est
pas
ne dépasse
pas
du pays ;
elle doit être bien plus faible
dans cer-
Comme
du pays.
nous pouvons
près le processus
turquisation
siècles
précédents,
sée par l’arrivée
d’émigrants
indigènes,
unité
à peu
et de
au cours
des
réali-
de vagues successives
et par assimilation
la Turquie,
comme
suivre
turquisation
nous devons
considérée
politique,
le sentiment
lequel
d’indépendance
les Turcs
conclure
cette
agissant de
bats qu’ils
contre
fois
des
Arméniens
armées
grecques
et les Kurdes,
ment contre
sances alliées
d’un
Kemal,
qui
du terme.
non
conflit
dix
de
contre les
sporadique-
et les Italiens,
contre les puis-
— marque
la naissance
OEuvre de tous les habitants
de l’Anatolie,
presque
avait
quables
succès militaires,
aux Dardanelles,
et de révolution.
pourtant
épuisés
ininterrompu
ans, elle s’incarne
Gênant
par un
pendant
en la personne
en juillet
fois
de remar-
depuis
mars,
l’ouest
le Sultan,
le courant
il
débarqué à Samsun le 19 mai 1919. Là,
lignes
il avait renoncé
(Izmir)
pour se
encore assez peu
de la résistance
nationale.
en devint
très rapidement
le coordina-
teur, l’âme,
22 juin,
puis le chef absolu.
il avait
circulaire
ment
lancé
condamnant
à Svas.
un congrès
du
pour remplacer
celui du
velle
en l’élargissant
et, le 23 avril
se déclare
représentative
de la nation
et délègue
son pouvoir
à un Conseil
des ministres
même
nationale,
que le président
blée, en l’occurrence
une Turquie
née, mais
cée.
Mustafa
envoyées
les hostilités
cessent
Istanbul
; certes,
un armistice
entre
est
mena-
Ankara
et
; mais
résolument
décidée
; mais le
Turquie
; mais Arméniens
; mais la Tur-
presque sans armée,
sans hommes...
de traités
Le premier
disparaît
Karabekir
reprend
vite. Le
des districts
han et de Kars
et laïque.
Grecs.
entrent
tisi,
proclament
CHP)
d’Artvin,
à la
d’Arda-
1924.
dure contre
attaquent
les
le 22 juin
en quelque
reli-
nouvelle
1923),
les
Par-
sera adoptée
président
Kemal
dé-
: président
du
de l’Assemblée
de la République.
lui seul qui oeuvre, qui imprime
sur la nation.
gouvernement
Premier
à Ankara,
a sur le pays. Il
soit parachevé
indépendant,
et laïque. L’importance
renouvellement
mais de la
de dix ans pour que, juri-
au moins,
des lois,
fixe la
puis part résolument
que l’islm
État moderne,
son
Ismet
ministre,
non de l’islm,
faudra moins
diquement
Il forme
en choisissant
comme
capitale
titres
une
la république
Mustafa
président
sa volonté
paa
aussi
Halk
tous les pouvoirs
parti unique,
la répu-
républicain
Sa constitution
mainmise
la restitution
(août
(Cumhuriyet
(19 oct.).
c’est
Dès qu’une
du peuple
tient
turque
du parti
sera accomplie
Ceux-ci
Le
des pouvoirs
est élue
représentants
à l’attaque
(3 déc. 1920 - 12 oct.
est plus
turques
affirme
gieux
les territoires
1921).
L’affaire
d’Alexan-
en pays musulman
la séparation
(1882-1948),
cédés en 1878, et une série
entérinent
ulté-
en juin 1939
; c’est
le régime
le 30 avril
à soute-
grecques
inouïe
sorte
C’est
arméniens
in-
par la France).
les troupes
assemblée
;
1920,
moralement
se soulèvent
par ses victoires,
les
(les frontières
du sultanat,
puisque
et
turque
en avril
se montre
général Kâzim
des Turcs,
du sandjak
Hatay]
révolution
la Porte,
les nationalistes
celui d’Orient,
1923 : elle fixe,
en particulier
sans le mot
unique,
front,
par la
mais seront définies
L’abolition
tan (10 août 1920)
presque
la confé-
se terminera
La République
traité de Sèvres a été signé par le Sul-
et Kurdes
Ou-
à Istanbul.
blique
entre les occu-
à appuyer
fermement
[le
:
succès
et la révolution
matériellement
1922,
de la Turquie
6 octobre,
dès le 30 mai 1920,
certes, les Soviétiques,
s’engagent
bien
par
est signé
pants français
Kemal
quelques
des troupes
drette
est le
et nationale
sa vie semble
après
plus
de l’Assem-
populaire
Certes,
du sulta-
du califat.
au désir
par la cession
qui
dont le président
entend
ne garderont
religieux
conformément
rieurement,
à Ankara
Assemblée
à Smyrne
l’abolition
rence de Lausanne
déterminées,
son programme,
la Grande
les
avec les pays arabes restent encore
il renou-
1920, se réunit
Ils percent
le 1er novembre
le 21 novembre
frontières
le 4 septembre,
qui
y soit seul re-
paix signée le 24 juillet
un gouverne-
les Turcs
Kemal
Brutalement,
que le pouvoir
Sultan défaillant.
À Svas,
Mustafa
dans
d’intégrité
la situation
(11 oct. 1922).
que son gouvernement
verte
Dans
de la paix doit se tenir
Le 23 juillet,
il
par
Un armistice
à Mudanya
1922, il fait voter
à Erzurum,
1922,
le 9 septembre.
présenté.
le
à la Sakarya
et entrent
nat : les Ottomans
turc et envisagé
ment populaire
grecques
: à
quand on prendra
généralissime.
d’un
avait posé son principe
territoire
une
à chaque
qui portera
les opérations.
est signé
tout
par être battus
paa,
la réunion
préliminaire,
mais
: ce sont
à Lausanne.
le gouverne-
et demandant
congrès
même à occuper
Une conférence
Il
Dès le
d’Amasya
suc-
de l’été
dirigent
et avait
organisés
quelques
devenu
les troupes d’Anatolie
lier aux mouvements
d’abord
des noms de famille,
est renversée
à ses fonctions
fois,
par Ismet
avait été envoyé par lui pour inspecter
orientale
À chaque
aussi finissent
Kemal,
en
1921.
nom de cette localité
long-
en janvier,
de l’Anatolie,
Inönü
entre autres
était
puis de nouveau
cès, parviennent
Mustafa
obtenu
1920,
ils obtiennent
patronyme,
le nom d’Atatürk.
quie est exsangue,
État turc, au sens moderne
que
mais comme
les Français
mais aussi moralement
réelle
les com-
ont menés essentiellement
les forces
donnait
à la guerre
comme
nir les prétentions
— nom par
désignent
»), qu’on
vainqueurs
l’Angleterre
1920 à 1922, accessoirement
d’islamisation
poursuivi
du Pont, pour
La guerre
d’indépendance
La guerre
par le vieux titre de
et qui prit
hostile,
et les
75 p. 100 dans l’ensemble
tains districts
voire
entre la
sur l’immigration
d’Arméniens,
occidentale,
ou de sacrifice,
tout un peuple.
de Turcs de Bulgarie,
Grande
d’agitation
est de langue
Grèce et la Turquie,
d’une
doctrine
lation
de nationaux
indépen-
ne reste pas une
mais devienne
sur les échanges
des
que le nationalisme
que 11 à 12 p. 100 de la popu(kurde),
d’Istanbul,
à Antalya,
hellénique
1945
iranienne
et de
des Grecs à Smyrne,
et d’un
royaume
Il faut les
du Sultan
l’occupation
les projets
Au
derrière
d’un
sur les documents
(1908).
se retranche
tiques,
se fonde
»), la révo-
alors que
Français
vant,
et
et soldats
d’écho
son entourage,
Ziya
Guerre mondiale,
en proclamant
la présence
non seu-
le mouvement
cours de la Première
il anime
se
mais le sociologue
des Jeunes-Turcs
l’islm
ethnique.
que soutiennent
le journal
encore
le nationalisme
lement
lution
(1869-
audace de
pensée, et pourtant
en Anatolie
Si
Emin
sont grandes », peut appa-
Grèce
mal compte.
La décla-
du poète Mehmed
en 1919 ? On ne peut, faute de statisque s’en rendre
le
ration
ceux de création
majorité,
d’Europe,
ou le pantouranisme.
dants,
cette
ses vé-
dans le panisla-
même
qu’est
non
naît non sans rencontrer
rivaux
sainte,
désigné,
temps acquis aux idées de nationalisme
d’impor-
qui deviennent
de redoutables
misme
de l’Empire,
donnent
supports.
au
s. non seulement
XIXe
le territoire
Arménie
Mais
après ses victoires,
en 1934,
des Ottomans
par défection
défaites,
détermine
répétés
ni à l’extérieur
avant 1515.
Ce qui
Les revers
paa*,
Gazi (le « Victorieux
La naissance
nationalisme
tance aux Turcs,
de la République
Les Ottomans
un petit émirat
des
Kemal
aux musulmans
cours des
par une famille
mais dans laquelle
nie joue
11206
de Mustafa
s. et
XIIe
s., au mot turc le sens de paysan,
d’homme
l’on
constituée
homogène
de l’oeuvre qui
ne se mesure
pas aux
mais en considérant
profond
un
qu’elles
le
im-
La Grande
pliquent,
et en sachant
dans l’histoire
la première
pour transformer
ront et servent
l’islm
1924,
et ferme
blissements
Kemal
d’enseignement
calqué
lien,
un code
sont adoptés.
d’un
coup,
pris
les châtiments
les coupables,
l’optimisme,
avec enthousiasme
Marshall
mence
l’héritage
devient
l’égale
elle recevra
la liberté
suppression
qui proclamait
Grèce
au Pacte atlantique
arabe
réimprimés.
Un effort
religion
latin
qu’il
est accompli
juger
: un étatisme
moyens.
sans cadres
Néanmoins,
mise à la Sümerbank,
lées par l’Étibank,
la marine
la Turquie
de sa politique.
elle est membre
balkanique
contrôle
de l’Entente
des Détroits
tion de Montreux)
un pacte d’assistance
avec la France et
meurt le 10 novembre
et Ismet Inönü (1884-1973)
à la tête de l’État.
loppe
le culte
traverse
Tandis
du disparu,
la Seconde
en mettant
ses efforts
ce n’est qu’en
boliquement,
l’Allemagne
février
Guerre
mondiale
à rester neutre
:
1945 que, sym-
elle déclare
et au Japon.
la guerre
à
ou à la mort
la population
d’inévitables
d’euphorie
et tend
engoue-
timents
envers
croire
fortunes.
armée
de faveur
coûte
le bud-
accordées
conservatrice
des démocrates,
Les sen-
et la tolérance
éléments
aux réactionnaires
cléricaux
remplace
plus important.
font
que la voie
libertés
;
et
unique par deux
chambres,
est soumise
et adoptée
par 62 p. 100 des électeurs.
la détention
crates,
au référendum
des leaders
la suppression
dans des voies
les élections
un éclatant
plus
réincarna-
à partir
Demirel
Loyale,
l’armée
accepte la décision
pulaire,
et les coups d’État
de
(né en 1924).
po-
que tentent
en 1962 et 1963 n’abou-
agité
l’opinion
tourne
heureusement
les affaires
à soutenir
déjà
à 1959,
dé-
l’attention
extérieures.
dans l’île,
les expulsions
du début du
à faire la guerre
La situation
qui sont
et instruits
successives
XXe
sur
Bien décidés
leurs compatriotes,
minoritaires
pourtant
qui avait
de 1955
du
XIXe
se
de libération
po-
succèdent
aux
Les attentats
d’année,
dans son message
le général
Memduh
de fin
Tamaç
(né en 1904) constate que le pays est en
plein
chaos, mais affirme
que l’armée
Le 12 mars
lance un ultimatum
de la République
depuis
dant l’application
des réformes
la Constitution,
réformes
agraires.
mée prendra
1966, demanprévues
notamment
Il prévient
de nouveau
un gouvernement
jour, Demirel
des
que l’ar-
le pouvoir
si
fort n’est pas constiLe même
démissionne.
Nihat
Erim
de former
union
(né en 1912)
est chargé
un gouvernement
de large
qui puisse ramener
par
s. et
à s’émouvoir
des comman-
des actions
et de la soi-disant
d’Israël,
(assassinat
Ephraïm
Elrom,
de la jeune Sibel
Erkan).
tions massives
armée
du consul
enlèvement
Des arresta-
sont effectuées,
d’abord
de terroristes,
puis
diverses,
autres d’universitaires.
L’état
entre
de personnalités
de siège règne dans onze dépar-
semble
se rétablir
(1967).
l’été
; les ministres
tice
se retirent
passés avec
par la
on commence
à partir
ne s’améliore
l’ordre
voie légale : à l’étranger,
tements
pas. Les accords
qui
révolutionnaire
Armée
s., les Turcs sont prêts
intérieure
directe
(Jeunesse
de libération
de Chypre,
Nizam
en 1969 ; puis ce sont
d’action
dos urbains
pas.
L’affaire
(Millî
(Ada-
1964 Süleyman
tissent
en 1961,
tué dans les plus brefs délais.
en obtiennent
AP), qu’animera
des militaires
à
Les formations
ou moins
MNP)
(Türkiye
manifestations.
par
Le 15 octobre 1961, le CHP, qui
parvient
ouvrier
ou
à Cevdet Sunay (né en 1900), président
la
du coup
des militaires,
de droite
est fondé
1971, l’état-major
législatives
désaveu
s’engagent
extrêmes,
TIP)
Genç],
devient
pas de plonger
Un parti
partisi,
Le
Les ardents, les impru-
saura éviter la guerre civile.
démo-
de leur parti,
ébranlé.
dans l’anarchie
En 1970,
Celle-ci,
de nombreuses
l’Assemblée
let partisi,
des
ou sociétés
démagogiques.
les
du pays
à déséquilibrer
musulmans
secrète (MIT)
pulaire).
dès la promulgation
277. En tête, le parti de la justice
équipement
forte
qui promet
par la raison,
rôle de la police
[Dev
n’entend
constitution.
imposé
et toujours
constituent
mais le re-
tions du parti démocrate,
à court
de subites
nouvelle
irré-
par le général
faire élire 173 députés.
ont
provoquent
d’une
nationale,
un parti du salut national
le comité
le pouvoir,
Toute poli-
mais impuissant
Içi
commence
(1895-1966),
à la nation
nouvelles,
ont été mal répartis
essentiel
des contraires
de gauche.
se ranger,
du pays, reste vi-
mariage
une union
et
Alors
du parti
qui refuse de prendre
dents qui ne redoutent
est res-
ni
admise
un assassinat
dirigé
a la sympathie
électrifica-
excellent
paysanne,
de Yas-
l’une
Seule est
de
Cependant,
Gürsel
d’État.
; mais beau-
Entrepreneurs
deviennent
ac-
se manifeste
urbaine,
d’une
à la
Ni
tique engagée est impossible.
importante
vont
mettre
sont
des proportions
réalisé
(procès
comme
propagande,
de vie américain,
erreurs
une Haute
de Menderes
les Turcs
Malgré
de 1954 et de
fantastique
; d’autres
et soutien
et
Premier
pas rentables
des villes,
à la classe
seu-
C. Bayar
changé
get. Les mesures
la Turquie
il est vrai,
a très réellement
cher
que se déve-
sur les
à peu près ce verdict.
terme (rénovation
sont
qui les condamne
pas conserver
le parti
Les investissements
ne sont
devant
par une fraction
Cemal
di-
ministre,
(1899-1961)
bientôt
L’entretien
lui succède
DP),
et le visage
ont parfois
1938,
a en
un parti
été considérables
scandales.
l’Angleterre.
Atatürk
prend
routier)
; en 1939, elle signe
de justice
de députés
; la minorité
et prête à intervenir.
des groupes
de croissance
inquiétantes.
tion
(conven-
nombre
Menderes,
reste
de pensée incarné
en main les destinées
généraux
Bayar,
et traînés
sentie
par
de la République,
pour le mode
coup
le
Cour
les
: la majorité
les mesures
partisi,
président
d’un
1960,
le clivage
l’autre
opposé. L’armée,
à
ni la montée des
hostile.
duquel
408 sièges
une période
par des me-
remar-
ne parviennent
y est nettement
n’accepte
d’une
l’essor
par les démocrates
gouvernement
1950,
Les élections
les étu-
jadis
à se creuser un fossé de part et d’autre
devient
Menderes
de la
mesure sous la
54 p. 100 des voix).
Adnan
au courant
fait de lui un martyr.
parti,
(avec,
attachée
la Turquie
primaires
Premier
enlève
de ce qu’il
gilante
La pendaison
inaugurée
de mai
s’accentue
19
la déva-
Ce qui est pire encore,
politique
antidémocratiques,
le pouvoir.
arrêtés
prix.
com-
siada, 14 oct. 1960 - 15 sept. 1961).
tout d’abord
lement
qui
1934,
mai
détention
Celâl Bayar (né en 1883).
élections
une crise
et de la
; en 1936, elle retrouve
intégral
Aux
ment
En juin 1932,
agissant
l’économiste
compagnée
rend bien
elle entre à la S. D. N. ; en février
par un ancien
Après
ac-
27
et fondé assez artificiellement
1957 confirment
progressent
sures autoritaires,
à
Les démocrates
avec affolement
gouvernemental,
ministre.
portuaire,
du succès de ses efforts
fermeté
sou-
le réseau ferroviaire,
crue qui entoure
compte
et sans
réagissent
effet mis fin au système du parti unique
470 à pourvoir
dans
: la considération
d’indus-
Dès 1946, la Turquie
démocrate
les mines contrô-
l’éducation
régulièrement
ans
l’industrie,
et l’équipement
l’agriculture,
en
dé-
étrangers,
les écoles
(Demokrat
succède
une diminution
se déchaînent.
conciliables.
rigé
de l’outil
rigoureux
démocrate.
ni le chômage
La presse s’agite,
les ministres,
l’instruction
nouveau
enrayer
choqué
comme
prennent
À l’inté-
nombre
politique
d’un
démocrate
parallèlement,
à l’étalon
un pays presque
;
cen-
de quatre
Cette
direction
et
marqué
(1947).
dans
considère
Le
dans
le dirigisme,
le CHP prend sa pleine
de reconstruc-
par le plan
employé
et rem-
est organisée.
gigantesque
faut
;
et à écrire
tion et de développement,
(1934),
d’État
européenne.
obligatoire
religieuse
être transcrits
Bankas)
en rendant
du tourisme
voire dictatoriales.
Treaty
entrer
renonce au strict laïcisme,
: tout Turc
à lire
souhaite
un certain
quable
irakienne
tries, fait appel aux capitaux
par la
est
trans-
(Central
elle abandonne
nationalise
; en 1934,
En 1931, la Banque
particulier
rieur,
libérée,
(1952),
de son niveau
et le nationalisme
à se sentir
diants
de la monnaie,
une seconde
surtout)
excédentaire,
luation
la désillusion
souveraineté.
en
que la
de Bagdad,
en CENTO
la Communauté
l’inégalité
E. C. E.
temps
l’élévation
Amérique,
de coopé-
la révolution
Organization),
constitutionnel
devront
trale (Merkez
de 1958
pour
en même
après
elle
dès sa création
du pacte
formé
; illicites
est proscrit
réapprendre
tous les livres
membre
islamique,
est reconnue
placé par un alphabet
devra
à la Suisse,
de vote. En 1928,
l’islm
européenne
adhère
la polygamie,
de l’article
l’alphabet
(Organisation
de l’O.
1948,
de l’homme
de culte
et est membre
du code ita-
; la femme,
le droit
du plan
économique)
la répudiation,
devant
(1947)
À l’extérieur,
ration
prévoit
périmés
de vie, n’est pas devenue
bénéficie
caduque
qu’elle
quie, malgré
- Vol.
pour l’Europe
(Allemagne,
la Tur-
Comme
est à la mode, la Turquie
se tourne vers les États-Unis,
; le
qui n’étaient
Larousse
R. S. S., le départ
main-d’oeuvre
de fanatisme
ni prévus ni souhaités.
dans
l’U.
mouvements
tiques, en partie parce que la démocratie
s’engage
notam-
occidentale
religieux.
sont sup-
La juridiction
sovié-
et provoquent,
ment dans le centre et l’est du pays, des
une voie nouvelle.
; un code com-
civil,
en partie pour trou-
et les éta-
dissoutes
inspiré
devient
le harem,
le
sur le code allemand,
un code criminel,
du conflit,
ver un appui contre les pressions
abolit
les tribunaux
port du fez est interdit
mercial,
À l’issue
: elles servi-
les congrégations
leur est ouverte
La démocratie
tentative
En 1925, les ordres religieux
primés,
sont
encore d’exemple.
Le 3 mars
califat
qu’elles
Encyclopédie
coalition,
du 26 avril,
et l’ordre
dans le courant
du parti
de la jus-
du gouvernement
et N. Erim
offre
de
de
sa démis11207
La Grande
Encyclopédie
Larousse
- Vol.
sion, qui sera refusée jusqu’au
19
17 avril
du moins
1972.
tendant,
Tandis
que les attentats
(enlèvement
de trois
et que l’état
de nouveau
instauré
se dote d’un
l’amiral
Fahri
de siège
en juillet,
nouveau
Korutürk
leur passion.
la conscience
peut faire courir
ont repris
tement trop violent,
est
turité
politique
dans
les couches
la Tur-
les moins
président,
évoluées
raison
débats
mettre
de traverser
élu après d’interminables
(en
un affron-
jusque
pauvres
et
de la population,
la
des Turcs
devraient
générales
du 14 octobre
1973.
Aux
Ottomans
assises
de 1972
du peuple,
du parti
le vieux
a renoncé
à son poste de président
a été remplacé
Bülent
Ismet Inönü
par un homme
Ecevit
(né en 1925).
de lui une renaissance
et
jeune,
la
neuve,
voix
le parti
toire
On attend
tier déclare
1973.
Pourtant,
électeurs
que, d’une
(Istanbul,
in
la presse du monde en-
vainqueur
des élections
il ne retrouve
de
pas ses
de 1950, année où il avait été
chassé du pouvoir
(41 p. 100 des voix),
et sa représentation
au Parlement
pour qu’il
puisse gouver-
ner seul. Il lui faut une alliance
toute évidence,
celle-ci
qu’éphémère.
justice
est bien vaincu,
déclarer
mission
le parti de la
lui
a donné
d’être dans l’opposition.
sa défaite
ne provient
sion. Le parti
Bozbeyli
démocratique
obtenu
den
Jahren
le parti
de Necmeltin
tion musulmane,
domaine
social,
gressiste
la Turquie
(Éd.
du
Western
The
1961
1964).
Revolutionary
tanbul,
;
(Cambridge,
pur,
Turkey
tion
(New
the
1971).
l’impasse
éd.,
3e
the
Ataturkism
(Is-
Political
1965).
/ F. Bahram-
Social
Transforma-
/ F. A. Vali,
across
of Turkey
/ K. B. Hartputlu,
the
dans le
la Turquie
dans
économique.
repères
pour
1974,
Bülent
IIe
millénaire
Çatal
hittite.
un gouvernement
tefeuilles
salut national.
casion
où sept por-
sont aux mains
d’un
du salut
Mais
vote
d’emprisonnés
le 15 mai,
refuse
Guerre
de
le parti
de Turquie.
En juillet,
interviennent
à Chypre
portent
d’importants
succès.
Après
mirel,
Bülent
plusieurs
président
redevient
ouvrier
les
turques
septembre,
Ecevit
troupes
et remMais,
Premier
en
démissionne.
mois de crise,
du parti
La
et la gauche
le parti socialiste
S. De-
de la justice,
ministre
(1er avril
Malgré
les apparences,
n’a pas fondamentalement
rétablissement
substantiels
de l’ordre,
11208
entière.
sinon
essentiellement
le temps
rapprocher
Royaume
lydien
et
perse.
traité
de Karlowitz.
recul
pement
des littératures
de Lépante
de
Réformes
: première
l’Empire
nations
ottoman
de Mahmud
des janissaires
(1826).
1830
Indépendance
de la Grèce.
1839-1861
:
et mas-
Ve
IVe
s. av. J.-C. Révolte
de l’Ionie.
s. av. J.-C. Alexandre
: période
des
en Asie
IIe
Première
1908
Révolution
1918
Armistice
1922
Fin de l’Empire
ottoman.
1923
Proclamation
de la république.
constitution
turque.
de Moudros.
mée
quitte
droit
d’intervenir.
démocrate.
d’État
le pouvoir,
du
Pont,
Mithridate
menace
VI* Eupator,
l’ordre
romain
en
L’ar-
se réserve
le
d’une
nouvelle
Gouvernement
de
républicain
coalition
appartient
330-395
Fondation
partage
de l’Empire
l’Empire
byzantin*.
VIIe
s. Les Arabes
et assiègent
et naissance
prennent
Antioche
Constantinople
des
divergentes,
de l’armée
d’un
de
de-
de
(636)
Bülent
de
du peuple).
petit
1974
Ecevit
parti
coalition
de
centriste).
Gouvernement
(nouveau
du peuple).
avr. 1975
Gouvernement
(parti
Bataille
kides*
Mantzikert
Règne
Ier : apogée
de
‘l
de l’empire
al-Dn
leader
du
parti
Victoire
1299
Début
des Mongols
officiel
en Anatolie.
de
la
ottomane.
de
Süleyman
Fin de la dynastie
seldjoukide.
[† 1166].
La
au
s. La littéra-
XIVe
(Tamerlan)
Elle
au règne de
et de ses fils
est caractérisée
de la langue
djaghataï
turque
ce classement
Turcs
chro-
de la littérature
géographique
venus
d’Asie
» de l’Orkhon
cenorien-
pour arriver
la Méditerranée.
On a l’habitude
de
faire,
raison,
du
pour
cette
s., une distinction
jusqu’à
à partir
entre les Oghouz
occidentaux
(Anatolie
occidentale)
les Oghouz
orientaux
(installés
la région
de l’Azerbaïdjan),
le dialecte
la même
façon,
et
dans
qui par-
azerî (ou azéri).
on parle
que
azerî n’a été utilisé,
tandis
étaient
et de Ie-
Yunus
azerî,
au
que les ouvrages
écrits
en persan.
au temps du sultanat
de Rm
1312), Ahmed
les
turque
XIIe
s.
s., que pour les oeuvres folk-
XIIIe
joukide*
De
de « littéra-
». Dans la littérature
en Anatolie,
turques
anciennes
« inscriptions
:
tale et les Balkans
siques
actuellement
aux
sont passés par l’Europe
loriques,
On considère
par
ou tchagatay)
de l’histoire
les Oghouz,
et au
TURQUES
Les littératures
atteint son
ture azerî » et de « littérature
de la justice).
LES LITTÉRATURES
dynastie
Yesevî)
par une division
laient
de Rm.
1243
1308
Kay
et de Amad
correspond
Lang
le dialecte
des Seldjou-
Ahmed
de
: les Turcs*
en Asie Mineure.
1219-1237
Qubd
de
(Edib
Yükneki)
pour
d’Amad
des Khrezmchh
d’Anatolie
1071
turque
lée dans les palais.
XIIe
de
républicain
Demirel
(669-678).
Tmr
trale,
gouverne-
coalition
républicain
Gouvernement
janv.-sept.
de Constantinople*,
romain
Ultimatum
(d’un
noms
Yügnäk
(Ahmed
turque
de la justice).
Gouvernement
Melen
les
Mamud
nologique
de Süleyman
la constitution
1972-73
de l’arabe,
au
fort.
Ferit
Mineure.
période,
Il faut compléter
Gouvernements
(parti
écrit,
Il faut encore citer,
ture djaghataï
de la justice.
Erim
tan-
dépens du persan, langue « noble » par-
du peuple)
parlementaire
(parti
de la
de la langue
le développement
roi
Asie
cette
(dialecte
— la majorité
Nihat
88-66 av. J.-C.
l’envahissement
(1370-1507).
(parti
de l’État,
al-Kchgar
épanouissement
militaire.
mais
Promulgation
Inönü
traite,
Kemal.
Gouvernement
Coup
: Ysuf
et de la foi (1069-1070),
bin Mahmud
du califat.
sont
et sous une forme
que Mamud
ibn
la dynastie
Has Hâcib)
ouïgour
(1072-1074).
Si-
s’étend
centrale
(Yusuf
un dictionnaire
de Lausanne.
de Mustafa*
s. Sous
en Asie
littérature
1971-72
romaine.
aux dynasties
de la nation,
Yasaw
mandant
(ces dénomi-
les arts et les lettres
en dialecte
dis
des Jeunes-Turcs.
du traité
1965-1971
au dévelop-
karakhnide
XIIIe
karakhnide,
contre
ment
s. av. J.-C. Conquête
au
Xe
justice
1876
12 mars 1971
III* le Grand
La littérature
poétique,
1950-1960
on
karakhnide,
correspondent
Khass Hadjib
réformes.
Mort
centrale,
et djaghtaï
florissants
Tanzimat
1938
des Turcs,
de l’Empire
sacre
Demirel
Le
des progrès
qui se dessinent,
aussi devraient,
idéologies
la situation
changé et la
du pays demeure
du
de l’Empire
s’installent
1975).
division
début
Fin
Mineure.
la libération
rebondit
Premier
Abolition
à
qui se sont succédé).
1699
parti
J.-C.
l’islamisation
en Asie
turque.
1924
et appartiennent
assiste,
du
à l’oc-
pour délit d’opinion.
crise ministérielle
crée, en juin,
du parti
d’amnistie,
national
Apogée
navale
khaghn,
préislamique.
khrezmehh
Bataille
de ces
de la reli-
par Bügü
Capitu-
de Buda.
Ecevit
s. av.
manichéenne
Après
de Bagdad,
ottoman.
1961-1965
höyük.
Civilisation
la France.
l’acceptation
des
le Magni-
d’Alger,
de Rhodes,
avec
d’Ismet
VIe
forme
de Belgrade,
de Soliman*
constitution.
Troie.
En janvier
de Tunis,
: prise
1961
de la Turquie
millénaire
fique
1960 (27 mai)
chronologiques
VIIIe-VIIe
Règne
lors
Certains
chef des Ouïgours,
et de l’Égypte.
(Balti-
1974).
l’histoire
1520-1566
gnature
la Turquie
Bridge
Policy
Quelques
une forma-
de
/ N. Be-
Atatürk,
/ B. N. Esen,
Foreign
/
in Turkey
The Turkish
and
1967).
/
Modern
1968).
and
Mass.,
(Anthropos,
a
les Ottomans
de la Syrie
1808-1839
Londres,
of Secularism
Political
(L. G. D. J., 1969).
par
et
turque,
trouvées
de Tourfan.
relatent
gion
Annexion
and
of
/ T. Z. Tunaya,
York,
;
turc,
éd.,
2e
les écritures
écrits
de Constantinople.
göktürk
textes de la littérature
fouilles
(Tamerlan).
du
U. F.,
1968).
1955
du
/ F. W. Frey,
Elite
Prise
Lang
Türkei
Nationalism
Movement
1964).
1453
de Tmr
en dialectes
(732 et 735 apr. J.-C.), sont les
premiers
Ottomans
; Turquie
Emergence
The Development
(Montréal,
Islam
», 1968).
(Londres,
(trad.
(Londres,
éd.,
3e
1953)
Turkish
Civilization
in den
(P.
« Microcosme
/ B. Lewis,
rkes,
;
(Payot,
Turkey
Invasion
défaite
1955).
la Turquie
? », 1952
coll.
Türkei
(Wiesbaden,
de
/ Z. Gökalp,
more,
mais qui se veut pro-
dans le domaine
; Die
Roux,
mais encore
réactionnaire
1951)
J.-P.
des
avec
1402
1571
l’his-
du
Erbakan
au sien : c’est
; Der
sais-je
Installation
écrites
ouïgour
turque
Die
« Que
L. Lewis,
de
1943)
coll.
G.
l’étude
(Leyde,
de
A. Maison-
(Leipzig,
1942-1951
Seuil,
et
/ G. Jäschke,
Histoire
Bosporus,
et lui a arraché
un succès relatif,
supérieur
Mais
de Ferruh
Sur sa droite,
salut national
la
que de sa divi-
a fait scission
45 députés.
être
et son chef peut
que le peuple
/
Manuel
de la République
Türkei
/ R. Mantran,
Turkey
et, de
ne pourra
Par contre,
Kemal
Petit
pour
Histoire
neuen
1965).
n’est
/ Société
1935).
nisseï,
capitale.
en Thrace.
lations
(Haumont
1935-1941
1959).
pas suffisante
Mustafa
/ Turcs.
nouvelle
turque,
Jahren
de la formation.
républicain
unanime,
/
et R. Marchand,
1934).
in der
C’est
d’Asie
/ Seldjoukides
Turquie
leur
Brousse
la période
républicain
leader
et en font
prennent
la crise.
/ Grèce
J. Denys
(Bursa)
Ottomans*
l’Est anatolien,
J.-P. R.
Anatolie
Les
1515-1517
per-
avril 1973), et elle prépare les élections
F
1326
1361 ou 1362
ma-
constate
les plus
froide
que
l’incontestable
qu’on
(né en 1903),
En at-
du danger
à la Turquie
en
Britanniques
mars 1972)
quie
atténuer
Sultan
Veled
Ainsi,
seld(1226-
Fakih, Seyyad Hamza et
Emre (v. 1238 - v. 1320),
poète populaire,
clas-
écrivent
grand
en turc, alors
La Grande
que Mevln
vlânâ
Djall
al-Dn
Celâled-din
le fondateur
tourneurs
dialecte
azerî
littérature
cours du
classique,
s. que le
implanté
dans la
Burha-
Nesimî
le poète
(† 1404)
Fuzuli
(1480
ou
1494?-1556).
Au
djaghataï,
on peut donc faire une distinction
Turcs
de l’Ouest
Les grands
Mr
‘Al
et Turcs
écrivains
Chr
de l’Est.
(Ali
sont :
ir
Emirî
turque,
et Lûtfî.
» demeurent
la littérature
persane,
celle
la vie de palais des sultans.
Au
(1375-1431),
d’Ahmed
(† 1497)
Paa
Necatî
mystiques
Bursal
(† 1509),
célèbres,
(† 1429)
celles
Hac
et Erefolu
Rumî
(† 1422) prennent
de la littérature.
la littérature
À ces grands
djaghataï,
1438-1506),
Chaybn
(eybani,
Bbur
(Bber
et
Veli
(1603-1663
ajouter
Han
une généalogie
turque.
La littérature
Au
ottomane
s., on assiste à la décadence
XVIe
la littérature
littérature
sentant
djaghataï,
azerî — et son grand
Fuzuli
— prennent
tance accrue.
térature
C’est
poésie du divan
san et l’arabe)
Ruhî
Yahya
(† 1582),
Nev’î
(1533-1559),
(1472-1532)
que Âk
(1491-1542)
Nazmi
poétique.
populaire
ede
Alors
est très
merie
active.
et Naima
un livre
d’histoire.
Paa
(1699-1763),
ermi,
Sezaî
le courant
rature populaire
plus sensibles
qu’à
celle
(† 1563).
la poésie
et Ahmed
Sârban († 1546),
sie épique
populaire
et Öksüz
se
(† 1551)
pour la pre-
chantée,
n’était
repose
la poésie
lyrique,
et
tandis
de la poé-
Cette
poésie
», mais
en même
s’accompagnant
instrument
à cordes rudimentaires
d’ailleurs
temps
du saz —
saz airleri.
ment
et à la flûte.
ait interdit
tion des êtres vivants
la sculpture,
: on
un
Bien
simplificateur
çaises
; Namik
poète,
journaliste,
torien,
considéré
mystique.
Une représentation
deux par-
comporte
plus
complexe
de l’Ortaoyunu,
comme
(muhavere)
mais
ce dernier,
qui s’opposent
Hacivat,
qui comporte,
: Piekâr
classique,
sources
précises
s’appelle
Karagöz.
populaire
théâtre
que celui
comme
Sezai
(1860-1936)
dülhak
Hâmid
qu’à
partir
du
dès la période
s.
préis-
liée à la
Paa
Ziya
Mualli
(1850-1893),
et en particulier
vieux
Au
d’un
et au
d’Espagne
s., les Juifs venus
et du Portugal
une forme
bazlk
XVIe
théâtrale
ont introduit
appelée
hokka-
qui n’est pas sans rapport
le Karagöz
et l’Ortaoyunu.
attendre
XIXe
le
un théâtre
Avec
le
règne
par des Ottomans.
Rauf
ahabeddin
1942),
d’Abdülhamid
du point
moins
en 1891, Ahmed
crée
Cependant,
Ihsan Tokgöz
un nouveau
Cedide
(Nouvelle
vet-i
Fünum
(Trésor
est assumée
Fikret
avec
(1867-1915).
Ziya
Uaklgil
ahabeddin
(1866-1945),
Hüseyin
Cahid
Süleyman
et Ahmed
À l’écart
riale,
Yalçin
Nazif
Hikmet
(1869-
Müftüolu
du mouvement,
Gürpnar
Rasim
Hüseyin
(1864-1944)
(1864-1932)
lit-
de l’époque.
manifeste
avec la fondation
(1840-1891)
man (le théâtre,
d’un
jusque-là,
été le fait d’auteurs
myan,
impé-
et les milieux
de la litté-
rature : à la phase de libéralisme
Agop
et
décrivent,
de la bureaucratie
la vie populaire
téraires
apparaître
et joué
des
(1870-1927).
niens
ottoman,
à partir
dans ce mouvement
(1867-1942),
1927)
du Ser-
des sciences),
tels que Cenab
aussi
:
Littéra-
aussi littérature
la direction
fran-
mouvement
appelé
mais
(1868-
de romanciers
ture),
dont
II
de vue littéraire,
active.
traducteur
Edebiyat
Mais il faut
s. pour voir
vraiment
Mehmed
Il en est du théâtre comme
culte phallique.
XVe
Ziya
(1870-1934).
dans le jargon
sances religieuses
Halid
et Cenab
un théâtre
réjouis-
Nâzim
Safa (1867-1901),
(1866-1945),
(1875-1931)
et, dans
Nabizade
Ismail
Naci
(1847-
(1825-1880)
(1862-1893),
Ahmed
d’anciennes
on
(1844-1912),
Ekrem
temps,
On évoque, à côté du théâtre populaire,
été la survivance
Midhat
1914),
Rahmi
qui semble avoir
Ab-
des poètes et des prosateurs
centrale.
villageois
Samipaazade
et du poète
Mahmud
et Halid
XVIe
», jouée en 1873).
Recaizade
Pour
de
pièce
Tarhan (1852-1937),
Ahmed
écrivains
on ne dispose
(il écrit le premier
» et la première
On retrouve
le
et his-
le père de la
Aux côtés du romancier
ici
pour
fran-
(1840-1888),
comme
de 1901 par Tevfik
deux personnages
et Kavuklu
le théâtre
et le
d’oeuvres
dramaturge
« turque
distingue
(1826-
de la presse turque,
Kemal
« turc
çais,
en raison de son symbolisme
: inasi
moderne
une phase
toléré
un mouvedu Tanzimat,
traductions
de théâtre
Pa-
de la langue et auteur de
nombreuses
littérature
quarante
d’Abdülha-
l’école
fondateur
par le dessin ou
phase d’interdiction,
jeu (fasl),
à
du Tanzimat.
participent
commence,
a été, après
l’ère
littéraire,
la représenta-
le Karagöz
quelque
se développe
Uakligil
est accom-
en Asie
musiciens,
les appelait
que l’islm
Le spectacle
chamaniste
pas « récitée
les poètes,
profil.
religion
est le
ou narrative.
toujours
: alors
la plus courante
est la forme
présentent
théâtrale
poé-
sorte de quatrain
Ces silhouettes
d’une forme
La production
mâni,
translucides.
lamique
et par là
sur un
colorées
de la lit-
sur les syllabes
en prose,
qui se vou-
écran d’images
On a connaissance
populaire.
quantitative,
nombre.
que le destan
ont été
classique,
est fondée
la
de l’Europe
d’abord
populaire
la littérature
Sinan
turques
tique
la langue
qui ont voulu
arabo-persane,
sur une métrique
s.
XIXe
plus naturelles
et Latifî
(† 1535) et Edirneli
du
par la forme
ottomane
et
savante
milieu
rallèlement
comme
permettait
la projection
ties : la conversation
(1718-
populaire
à l’influence
joués
est non pas un théâtre
mais
une courte
Safayî
de la littérature
que la poésie
Çelebi
oc-
entre la litté-
et la littérature
et un
étaient
une équivoque
pagné au tambourin
Ragib
et la littérature
et rendre
se
à deux per-
ce qui
moder-
et Ramiz
que ceux
simplifier
des hommes,
même
que Fasihî,
L’affrontement
Les acteurs
(secondaires)
d’ombres,
19
une ère de ré-
l’absolutisme
II : c’est
roman
Les personnages
rédige
désir de
(1669-1738),
1784) illustrent
sur leur
avec Ümmü
tandis
eyhî
langue
de la
et Koca
qui va durer
un second
(1757-1799),
(† 1781), Salim,
(1546-1607),
prolonge
Galib
acteurs,
(Piekâr)
(Kavuklu).
Le Karagöz
Çelebi
avec la civilisation
(1680-1730)
noter
par
intervenir
rudi-
lait comique.
On traduit
Un courant
sont eyh
Nedim
vaurien
au milieu
impri-
Mehmet
Il faut
de la
ottomane
Les grands noms de la poésie
du divan
Il fait
féminins
oeuvres persanes
repré-
mystique
: un lettré
lié à un certain
rapprochement
populaire
et que le courant
sonnages
(1655-1716)
savante
Mehmed
essentiellement
(† 1732) tente une simplification
(1520-1572),
que fleurit
réduisent
en 1727.
langue,
mais
et danseurs.
La première
de nombreuses
scène,
»)
n’a pas
avec des accessoires
d’entretenir
est fondée
alors
sur une
- Vol.
de 1840
kémaliste
commence
à laquelle
à nos farces
Le spectacle
musiciens
s., la vie littéraire
XVIIIe
Âge.
mentaires.
de Haci Halife.
Au
à peu près
[1627-
est Kâtip
ayant
(« Jeu du milieu
Fehim
Örner,
mid
un bâton et un mou-
[1583-
connu sous le nom
térature
Çelebi
lieu
s’opposent
d’his-
et drolatiques,
Atâî
du divan
Talcal
de turquiser
avec Kul
de l’école
se distingue
se distinguent
tentent
sateur
un conteur
du public,
et Karacaolan.
Celle-ci
Sehî († 1548)
Tatavlal
[† 1666],
(1526-1600),
Lamiî
Çelebi
Nailî
était
Haletî
Nevîzade
jusqu’au
(1471-1546),
Knalzade
Edirneli
Mahremi
Zâtî
[1570-1631],
Azmizade
se prolongera
par le per-
1605),
et Fazlî
Hasan Çelebi
Ahdi,
(†
[1553-1644],
que la
» ottomane,
avec Baki
Badtal
de
de la lit-
(influencée
du Moyen
eyhülislâm
1840
ans, jusqu’à
L’Ortaoyunu
Les poètes du
[1572-1635],
Vers
1871),
arabo-persane.
(Nef’i
et
sa voix.
correspond
mystique.
une impor-
l’époque
« classique
Tandis
tandis
efendi Kara-
l’Ortaoyunu
dont il se servait pour contrefaire
s’en tenant à la
cidentale.
en Inde,
gazi Bahadr
Veysî
choir,
La littérature
la révolution
s. il faut
XIXe
formes
réalistes
(1591-1658)
çelebizade
tradition
et Abdülaziz
niste apparaît,
et de Kul
1483-1530),
ou 1664)
(1561-1628),
proturque
(† 1635),
et arabes : Yirmisekiz
a écrit en prose une sorte de chronique
et Ebül
pour la prose, Nergisî
Çelebi (1609-1657),
noms de
moghol
de la tendance
tombée
Larousse
genres du théâtre
: le Meddah,
pour accessoires
sont les
Le grand pro-
(Hüseyin
† 1510)
(1611-1682)
Gevherî
de Muammad
de l’Empire
historique,
Çelebi
au début du
Le Meddah
toires
Bey Risalesi
» Aik
Çelebi
il faut
Byqar
Baykara,
fondateur
et Evliya
Koçu
proarabe,
aux poètes « populaires
place dans l’histoire
de usayn
Ubeydî.
proturque.
l’une
de
(† 1469),
ainsi que les écrits de Süleyman
ceux
littéraires,
de deux
1648] et Nabi [1641-1712])
de deux
Bayram
l’apparition
par-
populaire
les différents
le Karagöz.
de la langue
de
s., à
XVe
côté des oeuvres de eyhî
d’Isa
l’autre
1635],
très prisées dans
en décadence
à l’égard
tendances
Yahya
Les « Occiden-
arabe et surtout
de leur
populaire
lée, provoquant
défen-
et les poètes
la littérature
sociaux
À cette littérature
s., la langue écrite prend ses
XVIIe
distances
divan
sous l’influence
et Körolu
ajouter
Au
Nevaî,
poète et penseur,
seur de la langue
taux
entre
orientaux
Nav’
1440-1501),
Yusuf
les problèmes
représentants
s., pour la période
XVe
Abdal
temps.
en persan.
avec Kad
mière fois Pir Sultan
abordent
XIVe
(1344-1398),
et surtout
1207-1273),
écrit
s’est
(Me-
des Derviches
(Mevlevî),
qu’au
neddin
Rûmî,
de l’ordre
Ce n’est
Rm
Encyclopédie
Tomas
ros Mnakyan)
pression
par Güllü
théâtre
otto-
avait surtout
et d’acteurs
tels que Bedros
qui se
armé-
Heronimos
Fasulyeciyan
Ata-
et Mardi-
succède une période
politique
sur les auteurs,
de
qui
11209
La Grande
Encyclopédie
écrivent
souvent
Hanm,
Fikri
- Vol.
en cachette
Paazade,
Silistireli
Mustafa
l’histoire
du théâtre
furent
Larousse
Ömer
Hamdi
19
: Nigâr
continue
Lüfti
littérature
et
marquent
langue
; leurs oeuvres ne
jouées qu’ultérieurement.
Après la chute d’Abdülhamid
idées libérales
raître
mouvement
jour.
(l’Aube
(1883-1933),
s’inspire
symbolistes
français
Cependant,
va disparaître
au moment
devant
tendances
islâm),
(1873-1936),
doivent
les maladies
la
de tous
jan,
Aaolu
(1868-1939),
Ahmed
et par un officier
Yusuf
Türk
Akçura
Yurdu,
l’organe
Ocaklar
Müftüolu,
1964),
Halide
Hamdullah
(1886-1966)
Suphi
groupe,
Kalemler
dirigée
celui
(Jeunes
de la revue
Plumes)
par le nouvelliste
ce groupe
comme
veut
dans
celui
(1914-1950),
;
parlé
La défense
suppriment
rime
surtout
par Ziya
vés
(1876-1924),
poète
et socio-
années
se sont
Kemal
Çalar
également
à l’ancienne
et préislamique
ce sens que Ziya
littérature
; c’est dans
Gökalp
l’inspirateur
redon-
est considéré
par
Stk
Taranc
Çelebi
vieille
une rupture
Eyübolu
culture
orientale.
phabet latin remplace
En 1928, l’al-
Prose et poésie se développent,
à 1940,
selon
les mêmes
poètes de la République
Yahya
11210
Kemal
Beyatl
avec la
l’alphabet
arabe.
de 1920
lignes.
Les
— mis à part
(1884-1958),
Dalarca
Akgün
qui
Ahmed
nération
Rahmi
Cahit
Ilgâz
Ceyhun
Attilâ
succèdent
à Sait Faik
à Sabahattin
Ali
matérielle
Abasyank
traitent
de la misère
et dénoncent
Atuf
Ilhan
(né en 1911)
(né
et
La « gé-
qui se révèle
au
paysans
le genre
de « réalisme
qu’ils
social
40 et 50,
les
éprouvent
un regain
« anciens
» qui continuent
Aaolu
d’intérêt
(né en 1916)
:
Kemal
Balikçisi
akir
Kabaaaçli
les
d’une
langue
difficile,
le
la grande
l’apparition,
au début du siècle,
trices
pour
tenir
tenus
ou par des Arméniennes
raisons
Nuri
religieuses.
se fait
(né
en 1916)
et ceux,
déjà
Rifat
Ilgâz.
Ce dernier
humoristique
maître
nouvelle,
Aziz
À ces talents
Arpad
écrit
Nesin
et à Burhan
succèdent
(né en 1918),
Vüs’at
1922), Zeyyad
Selimolu
Ferit
(née
Orhan
Tark
O. Bener
villes,
Halit
Fahri
1971),
Yusuf
Ziya
Leylâ
Duru
Edgü (né en 1936),
(né en 1933),
Ümit
Ilhan
Selim
Bekir
Ileri
et Osman ahin
turc
des dernières
Tahir
(1910-1973),
génération
Baykurt
Ilhan
tandis
est Kemal
que la jeune
est représentée
(né en 1929),
(né en 1931),
Demirta
années
Ouz
Ceyhun
Kaftanciolu
Tark
de Turgut
tain nombre
Uyar
Cansever
Celâl
Dursun
Atay (né en 1934),
(né en 1934),
et Erol
de la femme,
celle de ses aînés ; composée
par Fakir
(née en 1916),
Toy (né en
l’émanci-
préoccupe
d’écrivains
Ümit
comme
Nezihe
un cerPeride
Meriç,
Karay
prennent
Nigâr
Hanim
Ziya
Reat
Mehmed
Todori
Halid
Güntekin,
(1867-1942),
Karaosmanolu
Ziya
Celâl
de la famille
pour sujet ;
Nuri
Yalçin
(né en
Ortaç
traitent
et Mussa-
des problèmes
et de la société modernes.
Rauf,
Cenap
Akilliolu
(1867-1937)
Sahabeddin,
et Ali Ekrem
sur les diffi-
de la vie affective.
Un théâtre
est créé en 1923.
1913-14,
forment
Les acteurs
Darülbedayi,
se dispersent
troupes.
fondée
pour
initiale
animer
sont dirigés
de
Esat Arseven
et
en 1934 le Théâtre
de la Ville
d’Istanbul.
Dans les grandes
constituent
d’autres
ne bénéficient
villes
de l’État.
en 1949, est fondé à Ankara
à l’intérieur
qui effectue
de la Turquie
ger. Toutes les troupes
de Reat
et à l’étran-
présentent
aussi
étrangères
nationales,
Nuri
un
des tournées
bien des oeuvres classiques
que des créations
se
troupes privées qui
pas du soutien
théâtre d’État
en
Ceux qui restent
1926 à 1966 par Celâl
celles
Bolayir
se penchent
de la troupe
Enfin,
Nuri
et Zeliha
(1862-1918),
Suat
hipzade
Gündüz
la guerre
Uaklgil,
de nouvelles
du roman
Halid
Osman
national
marquante
Refik
;
Aka
dans la troupe
La personnalité
et documentaires
que
(né en 1934)
des paysans d’Anatolie.
des
tandis
Yusuf
la vie et les dif-
au théâtre
historiques,
1889),
Tous ont
Güntekin
des drames
cultés
(né en 1938).
Avni
composent
(né en 1949),
Kaftancolu
Ibrahim,
Ahmed
(né en
Yldz
Halil
et Ibnürrefik
Kadri
(né en 1933),
des pièces
(1888-1965)
Yakup
(né
(1895-1967)
Nuri
Esat Arseven,
Bura
Erbil
(1891-
(de son nom Enis
Hüseyin
Talip
Bari,
politiques
Celâl
Ahmed
Ozansoy
écrivent
Ahmed
Gündüz
pièces
—
— pour des
Ortaç
Rauf
Meh-
(né en 1922),
en 1925),
(né en 1926),
en 1931),
de la
(né en 1915).
met Seyda (né en 1919),
Apaydin
sur un ton
tout comme
confirmés
Meriç
et de
contemporain
(né en 1910)
Nezihe
connus
Cumali
et satirique,
le grand
Taner
féminins,
Ibnürrefik
donnent
de Haldun
d’ac-
un nom avec ses vaude-
et Mehmed
d’Oktay
est
par des hommes
(1889-1956)
ceux
innovation
les rôles
Reat
ajouter
ces
Dans
ce domaine,
[1886-1958]),
À
le déve-
du théâtre en Turquie.
noms,
(1914-1970).
s. voit
XXe
Aka
(né en 1923),
tout
que dans le fond.
en prose.
Akbal
les
complexe
Orhan
encore
du style
romanciers,
est sans conteste
il faut
turque.
de simpli-
de simplification
par
pas
de grands
à la volonté
velle
Kemal
on ne peut
dans la littérature
Le grand nom de la nou-
réaliste
influencent
aient
[1887-1973]).
pation
d’Edip
à écrire
Samim Kocagöz
conception
(né en 1927),
voire
jusque-là
pour les
et Halikarnas
(de son nom Cevat
des
turcs
(né en 1909),
(né en 1910),
mais
Contrairement
loppement
pratiquent
lecteurs
Un sujet particulier,
de
écrits,
Par ailleurs,
habi-
». Au cours
1936).
peu différente
certains
autant dans la forme
et tra-
On qualifie
cours des années 50, a de la poésie une
quelque
et surréaliste
exis-
les injustices
qui touchent
des villes.
et direct.
poètes font usage depuis les années 60
et
(né en
Necali
tentialiste
manifestée
qui
turcs
Dans les années 50, les courants
cité,
Une grande partie des prosateurs
ficultés
(né en 1918),
(né en 1925).
» suivante,
du
(1894-1973).
pour thèmes privilégiés
Külebi
(né en 1914),
Rifat
Akif
Asaf Halet
(né en 1920), Fazl
(né en 1919),
en 1925),
Cahit
Necatigil
(né en 1921),
Kansu
Behçet
Bedri
Behçet
de
éprou-
connaître
(né en 1913),
Cumal
afin
des mêmes
(1910-1956),
Nahit Ulvî
Hüsnü
kémaliste
brutale
fait
toute
de la vie
cours
Ömer Faruk Toprak
La littérature
contemporaine
et la révolution
métrique
(1908-1969),
(né en 1917),
du touranisme.
poèmes
(1907-1958),
1916),
La guerre
Au
(né
(né en 1914)
et des sentiments
tous.
Kanik
Anday
à l’expression
est menée
folklorique
amènent
règle
se consacrer
Veli
Rifat
dans leurs
et toute
que
des idées
Cevdet
et Oktay
et
tant dans
politiques
Orhan
Melih
accompagnée
Veysel
des romanciers
dans un style simple
représentants
de la poésie
et Cengiz
de la Répu-
dire que ces courants
dans la poésie, de Necati
à un carre-
opposées,
et des sentiments.
en 1915)
subit,
social
de l’expression
quotidienne
qui souhaite
en puisant
d’importantes
des choix
la langue
ner sa valeur
comme
Canib
est en géné-
se trouve
contre
littéraire
logue,
un
Genç
le turc
littéraire.
de la langue courante
Gökalp
Ali
à par-
la Turquie
d’influences
toujours
saz, reste Âik
Bilbaar
l’un par
sur le plan
Elle
(né en
à la poésie, et
représentant
populaire,
Reat
à la Seconde
et 1945,
le domaine
Ömer Seyfed-
utiliser
langue
four
[1911-12],
din et le poète et critique
1940
culturel.
Meh-
absorbe
turque,
l’autre
mondiale,
transformations
(1884-
et Köprülüzade
Guerre
entre
Tanriöver
med Fuad. Ce mouvement
autre
de
Hikmet
Edip Advar
renouvellent
participé
Erdoan
(né en 1937).
Le grand
Samet
et Ahmed
dont l’action
Sans avoir
Tamer
Kadri
ses sujets dans la vie anatolienne.
(Foyers
dont font partie Ahmed
(1889-1956)
(1904-1967),
Stk
1926), venu tardivement
années
(1884-1920),
(né en 1889),
Güntekin
Bekir
la fondation
la plupart
écrivent
(née
(né en 1926)
(né en 1931).
blique,
vague » avec Ahmed
Akin
Altan
Depuis
elle est rejointe
Gülten
Çetin
Tuncer
(né en 1926) et de Hasan
(né en 1933),
en 1933),
(né en
(né en 1927),
(né en 1927),
tuellement
Sait Faik
Yakup
ral située à Istanbul,
une revue,
qui devient
Türk
Advar,
Edip
Elolu
par une « nouvelle
po-
qui ont pris la succes-
Halide
Hüseyin
vailleurs
et Sabahattin
Seyfeddin
Yaar
sociales
folkloriques.
(1906-1954)
des nouvelles
du Turkestan,
(1879-1935),
l’association
turcs),
natif
et des éléments
d’Ümit
dans
croyances
tir de 1935 la littérature
par
Nihat
reprennent
sion de Ömer
Nuri
(turanclk).
de l’Azerbaïd-
tandis que Zeki
(né en 1904)
Karaosmanolu
aussi
originaire
de nouvelles
Asya
Ali (1906-1948),
un publiciste
la guerre
Defne (né en 1903) et Ârif
Abasyank
à toutes
à Istanbul,
il ouvre
de Metin
Süreya
des peuples
Ömer
Naim
En 1911 est fondée
la destinée
et commentant
pulaires
qui
du vers
Dans le genre de la nouvelle,
isla-
Enis
de Cemal
1931),
Ülkü
représentant
Décrivant
(né en 1928),
Oktay
le hece, devient
leurs poèmes les vieilles
par Meh-
appelé
(1901-1948),
voies dans la littérature,
trois
(1895-1967),
Ran (1902-1963),
d’indépendance,
; enfin, le pan-
(türkçülük),
grand
d’Anatolie
(né en
(né en 1898),
en employant
libre.
sans distinction
de races et de religions
débute
dite
(1891-1949).
Hikmet
le plus
; l’ottomanisme
les sujets de l’Empire
touranisme
des
et la solidarité
Kamu
Nâzm
(ittihad-
être le remède
Kemalettin
Behiç Koryürek
Hâim
qui prône l’union
turquisme
le
pour lequel
sociales
(osmanllk),
Çamlibel
des Balkans.
surtout
musulmane
mique
Nafiz
on distingue
représenté
morale
appa-
Faruk
littéraire
: le panislamisme
med Âkif
II, les
le nationalisme
Dès avant la guerre,
syllabique
Ortaç
Barrès.
de la guerre
(métrique
une
métriques
Ziya
et en prose d’Ana-
l’esthétisme
régulières
et des formes
Yusuf
en poésie
tole France et de Maurice
simple
— emploient
1890),
qui vient),
dont la grande figure fut Ahmed
du divan
de la
Seyfi Orhon
En littérature,
Fecriati
la métrique
hece) : ainsi Orhan
purent de nouveau
au grand
à utiliser
Güntekin,
comme
d’Ah-
La Grande
met Kutsi
Fehmi
Tecer (1901-1967),
Bakut
Srr
(né en 1905),
Örik
Muhip
(1895-1960),
Güngör Dilmen
d’Hidayet
Oflazolu
de Nahit
térieurs
de Haldun
d’Oktay
Kalyoncu
Sayin
artistique.
d’Ahmet
Dranas (né en 1909),
Taner (né en 1916),
de Cevat
Rifat,
en 1943),
1922),
de Baar
de Recep
de Necati
de Güngör
Fehmi
Dilmen
Bakut
en 1931),
les collections
celles
d’A.
en
Turhan
Bilginer
décor
(né en
(né en 1921),
Kalyoncu,
de Cevat
et de Ylmaz
Güney
se révèle
lin)
ou dans
S.
(Londres,
1900-1905
rature
turque
la dir.
de
turca
1968).
turc,
limard,
Poetry
/ L. Bazin,
« Litté-
des littératures
(Milan,
1956
;
de la littérature
Istanbul,
Storia
éd.,
2e
de la poésie
turque,
;
Klinck-
tous
avec
leurs
ber
tout.
Turcs
dépassé
très
exemple
de l’art
bien
la Turquie
seldjoukide
d’Iran*,
en Yougoslavie),
d’étudier
vers
qui
les oeuvres
en
ont
été
Anatolie
et,
en
conquise
et sont
Thrace,
de
mans,
les
entrés
relativement
vieux
Les
n’ont
en
quée
de
tard
régions
un
nefs
Omeyyades
plus
tard,
avec
construite
sur le plan
(1204)
à arc surbaissé
reliefs
du
même,
les murailles
et
orné
recevoir
des
et d’Ulubeden,
et de
décorées.
à partir
commencent
succès
et dans
en
des
un
pris
à des
De plus
étroites
délimitées
par de lourds
1205).
nomme
peu
Un
constitué
utile
petit
par
et colonnes
; de
nus,
; de
le plan
puis
très
XIIe
diverses
s. que
les Seldjou-
à manifester
voies
leur
avec
activité
Les
établissements
de science,
désigne
hôpitaux,
uniformément
;
suivent
nombreux
mais
de
consti-
mulà
est
d’Afyon,
; de
Beyehir,
observatoires,
le
et
qu’on
nom
XIVe
des
à la sculpture
rare,
tout
de
seldjoukide
portent
le
occupent
par
la plus
belle
temps
se produit
des
Au cours
constituer,
parure
priorités
construit
encore
(jusqu’à
l’époque
se fait
XVe
s., elle
plus
; ils
rivaux,
leurs
divers
par
de
démarquage
éléments,
Murad
de la structure
même
dans
leur
fort
considérable
à des
et leur
adaptés
au culte
d’Orhan,
1339
; mosquée
de la mosquée
Verte,
de Murad
entourés
jardin
tombeaux
apparaître
Vert,
la capitale
s.). C’est
européenne,
Ottomans
reviennent
à un plan
L’Üçerefeli
Cami
cour
comme
à Édirne
de
(An-
que
plus
(1437)
bordée
Ail-
seldjoukide
drinople),
grande
verdure,
laissent,
(tombeau
une
1424).
royale.
l’héritage
XVe
;
II (1424),
de
de la nécropole
d’autres
nique.
exception
silhouette
mal
1400
ceux-ci,
une
petites
édifices
de
un
reçoivent
de
et aboutit
(mosquées
mausolées,
en
l’ancien
mais
font
divisée
série
production
de
en le transformant,
musulman
des
Mosquée
celles-ci
représente
par
Bayezid,
étrangers
de la mosquée
une
cruciforme
leurs,
ils empruntent
mais
une
reprend,
faits
architecturales
est encore
intersection
Autour
des efforts
modèles
(1379-1421)
insigne
qui
de mos-
La Grande
et en travées,
vrai-
type
de
Elle
Brousse*
donnent
italianisants
I, 1363).
coupoles.
capitale,
auxquels
géminés
à leur
les
cano-
présente
portiques
une
dôme
quatre
salle
rectangulaire
de 24 m de diamètre
coupoles
plus
que
couvre
flanqué
de
petites.
En même
de
L’ART
OTTOMAN
CLASSIQUE
Si l’on
caravansérails
les exceptionnelles
devant
un
les Ottomans,
moderne),
prédécesseurs.
perdra
renversement
de beaux
tés de leurs
plus
de place
architecturales.
plus
à
une
les revêtements
de l’édifice.
présentent
plus
le méplat
sous
un
d’inté-
les stalactites
En revanche,
finiront
l’Empire,
moins
molles,
; dès
sans
mongole,
s’estompent,
plus
de céramique
non
de
: le figuratif
les reliefs
intérêt.
s’est pro-
principautés.
s., les artistes
à
OTTOMANE
recherches
remarquables
la domination
au temps
l’ordre
d’enseignement
sous
conventionnel
hivers
original
(mosquées
de
plan
d’antiques
la disparition
par
seldjoukide,
des
nefs
:
insigne
mais
édifice
mosquée
à un nouveau
à Iznik,
(arcs
reliefs
les ornaient
pas d’utili-
longuement,
après
deviennent
à charpentes
sous
du
rêt
1197
renoncent
groupe
assez
alors
Ils s’inspirent
Brousse
villes.
disons
un
Mosquée
les Ottomans
de la medrese
été
qu’aient
collections
étape
qu’elle
été employée
première
naissance
sans
les spolia,
leurs
que
de
trait
une
à la Grande
leur
dans
ont
un
déjà
C’est
descriptions,
qui
par
à
dont
PRINCIPAUTÉS
nous
d’abord
mos-
aux
que
évoluer,
été
à nefs
un pays
1275
des
islamiques
ont
souvent
de Konya,
ne se contentaient
DES
longé
nefs
avoir
arabe
dans
Sivrihisar,
plusieurs
ou
ils ornaient
L’art
supports,
toutes
mais
bois
des
Svas,
les sanctuaires
de
non
avait
ARCHITECTURE
originalité
à une
(grandes
Presque
s’entrecroisant,
froids.
1272
murs
1179
1850,
de véritables
L’ART
Alâed-
et semblent
d’Erzurum,
après
maintes
Dans
la Grande
d’une
PREMIÈRE
quée.
à
les villes
détruites,
; celles
Seldjoukides,
dont
les
nombreuses
des
artistique
partie
récente
possédons
tuaient
s. ; mosquée
XIIIe
seulement
souci
époque
tra-
Curieusement,
s.), mais
(XIIe
ment
doute
Hüdaventhatun
ceignaient
ser en architecture
dans
place
offrent
sans
en majeure
une
sans
la beauté.
qui
(1375).
dans
et six travées
solution
(Bursa),
de Mamaha-
monuments
laissent
et de Nide,
pour
a
s.), au
(XIIIe
celui
de
qu’on
», possède
s.) l’emporte
celui
été
civilisation,
équilibre
(mosquées
exiguës
(1312)
mausolées
et une
mauso-
Kayseri,
; mais
(XIIIe
Nide
les
majes-
coupoles
aux
la mosquée
nefs
d’Ispahan.
les villes,
(trois
le Dönerkümbet
mutilé
l’intérêt,
antiques
harmonieusement
débordante
entrées
la « ville
dans
groupes
ou seuls.
connu,
disparu
Quelques-
portes
leurs
1228-29).
par
à Tercan
nous
comparaison
heureux
ou encore
de Divrii,
la cour,
Alayhan,
1297).
du
kides
par
érigent
de Konya
tiples
et
Alarahan,
indigence.
(éléments
faites
à
d’Aksaray
han,
la steppe,
épars
souvent
marque
villageoise.
Silvan
fu-
plus
Il semblerait
insertion
aux
le nombre
à portiques
dômes
Manisa
les Seldjoukides
et gar-
de la tour
nefs
telle
plus
ou polygonaux
—, sont
assez
de
deux
parti
Quant
de transformation,
par
coupole
tireront
deux
(1366).
huit
À Iznik
(Éphèse),
que
par
de
faite
l’amé-
lui donnent
la cour
À Selçuk
qui
compromis
voient
diminuer,
importante
mausolées,
en
elles
Bey n’a plus
soit
un
la coupole
Mosquée
Konya).
lointain
nefs
ce processus
1242,
dômes,
1378-1391).
de leurs
medrese
— rectangulaires,
Les murailles
penser
han,
petits
d’Iran
pour
dépouil-
1251,
Ottomans
Verte,
de Svas,
entièrement
est
un objet
grande,
monumentale.
les
abritée
unique
devient
et le narthex
mosquées,
vée
la mosquée
plus
des
ce qui
annexes
complexe
avec
science
grandes
d’Isa
(hôpital
(Srçalmedrese,
le souvenir
recueillis
sont
disposent
ce qu’on
De
han
Incir
grande
volumes,
des
et magiscontrastent
Azkara
réalisent
son
(bastions
1208)
s’ouvrent
de Kayseri,
conser-
de tours
unes
(ou
de la ville,
parfaitement
assez
quées
célèbres
le taureau.
en basalte
été enrichies
de Yedikarde
remaniée
artuqide
pour
terrassant
anciennes
de Bitlis
—, mais
à l’époque
des
le seront,
Mosquées
porche
C’est
Mos-
— comme
en particulier
ont
Grande
de Damas
ultérieurement,
nouveau
la
d’une
din
tun
et Karatayhan).
sculpture
:
en
font
(Sultan
Evdirhan,
antérieurs),
peu
‘abbsside*
de la mosquée
et de Dunaysr
vées,
que
porches
: leur
grandeur
mosquées*
spolia
du
équilibrées,
sévérité
Akhan,
décor
varié
leur
leur
Zazadînhan,
le ciel,
le monde
parallèles
lion
et
de
Les
bien
salle
être
de Karatay,
d’Erzurum)
flanquée
cours
de
employée.
la fan-
les
générale,
coupole,
Une
réapparaître,
à la limite
Du moins
peut
circulaires
le plus
rien)
; Ince minareli
diverses
nommé
autour
et d’une
brisé
décor
lées
rosés,
toujours
; Gökmedrese
de faïences
dans
ac-
conduire
libre
L’intérieur
alors
(mosquée
pas
sous
apparence
et des
d’abord
grand
Seldjoukides,
le portique
(Nicée),
accrochent
façon
des
nagement
même
supportant
goût.
v. 1258
dant
composés
d’été)
d’hiver).
un
cistercien
des
sont
sud-orientales
les Grandes
ortokide),
dans
d’ailleurs
de Diyarbakr,
à trois
par
tueuses,
musul-
la Turquie
de la civilisation
trouve
et ayant
établissements
conservé
de vestiges
Mésopotamie,
les Arabes
territoires
l’islm.
pays
la haute
s. par
connu
(han
de Kayseri,
à
(han
peut
1228-29
néraire
plus
ordonnés
en berceau
; les nefs,
Les
VIIe
cour
nef
eux
et les
ne
s’y donne-t-elle
souvent
de-
admiration.
impériaux,
n’est
formes
conservés,
vive
de bâtiments
reçoivent
l’art
la plus
les han
vaste
Susuzhan
de
au
sont
Il en
ou bien
impressionnants
lement
à tra-
s.).
La logique
ou
bientôt
un
l’élargissement
(muqarnas),
disques
D’innombrables
caravanières
XIIe-XIIIe
mal
tous
série
avec
SELDJOUKIDE
À l’exception
plus
pistes
saillie
de Konya,
permet
les fe-
les tourelles
stalactites
de Divrii,
sur
considérer
les medrese
puis
carrée
d’attention.
une
des
qu’on
salle
les autres
peut
de mosquées-medrese),
D’une
d’Erzurum
en
se groupent
formant
village
animale
à forte
et medrese
de
en
entre
bandeaux
tapissé
(han),
du commerce,
de cent,
éveillant
tral
au Caire
créées
du
saillie
et à Istanbul*.
L’ART
très
(par
turc
moitié
bas-côtés
il est possible
l’art
(seconde
à haute
expres-
à Damas*,
des
plus
de
remarquables
les caravansérails
le long
meure
raffinée
les plus
rencontre
d’une
ce
la civilisation
eux,
basiliques
d’une
de
aujourd’hui
et raisonnable
on
limites
de
de
y est géométrique,
macarons,
1271).
flanqués
exception
19
le monument
qu’on
tombeaux,
(külliye).
de façades,
mauvais
les
- Vol.
habituellement
d’elle
constitution
les
s.), voire
XIIIe
est
religieuses,
diverses
medrese
des
taisie
« bar-
par
florale,
du
comme
(avec
sur
qu’il
Autour
le
choix,
des
exacte
édi-
Larousse
redevient
constructions
couverture
être
(colonnes
islm.
en
petits
La mosquée
essentiel
le cas
et les autres,
de
La sculpture
Des
et
symétriquement
place
du
à
disposés
une
jumeaux,
et l’exubérance
pierre,
art
moins
les niches
respectée
orientale,
d’un
nêtres,
C’est
De plus
peuvent
fin
plans
cour.
(Çifteminareli
les ombres.
déco-
en bonne
qui
leurs
sont
les uns
une
minarets
humaine.
presque
tout
relever
véritables
complis
ait
plus
certainement
Les
d’un
Ottomans
les
ottoman
conservées
sein
d’expansion
et
les
génie
étaient
délicatesse
Parmi
mais
de
il appartient
l’aire
largement
: art
[v. Égypte],
de
en effet
au
Seldjoukides
et à
Sans tom-
auquel
que
à
entité
il convient
Bien
constitue
Edirne
une
de l’islm*.
culturel
malgré
tendent
sa personnalité
ensemble
sions
comme
ces excès,
reconnaître
qui
turc
des arts
dans
des
turc
les spécialistes
l’art
le détacher
en brique,
monuments,
» que
sont
considérer
une
semblent
s. (Gal-
XIIIe-XXe
bare
en plus,
palais,
de leur
sont
trouve
quant
iwn
a reçu
Dans
épigraphique,
cependant,
compte
coupole,
d’angles.
de la mosquée
totalement,
autres
l’islm.
De plus
rend
Si leurs
à
à Coran,
mineurs
la cour
et de Sivas,
1155)...
arts
dont
brique
/ N. Arzik,
1968).
L’art
les
disparus
rés
turque
; 3 vol.).
que
créateur.
1963
turque,
de Konya,
fices,
origi-
et de fenêtres,
(minbar
d’une
de Ber-
surpassée
les pupitres
l’architecture
della
la Littérature
1965-66
Plus
sous
jamais
autour
structurés.
de
sont,
organes.
croix
hauts
de Topkap
à l’Iran
principaux
porches,
du
: madrasa),
les quatre
décor
atteignent
de portes
à prêcher
al-Dn
(musée
ne sera
les sarcophages,
‘l
« Encycl.
/ A. Bombaci,
/ A. Kabakl,
Anthologie
Ottoman
t. I (Gallimard,
», 1956).
fr. Histoire
(en
; 6 vol.).
R. Queneau,
letteratura
sieck,
of
» in Histoire
de la Pléiade
trad.
A History
(musée
leurs
en
:
; leur travail
menuisiers
qui
et
et souvent
les miroirs
; leurs
sultans,
éblouissants,
les heurtoirs
les vantaux
chaires
E. J. W. Gibb,
puissant
dans
maîtrise
dans
qui est aussi cinéaste.
M.-C.
figures
ainsi
Kuba-
l’influence
de délicieuses
nal,
une
de
(arabe
redevables
quand
contemporain
coloris
métal
eux,
de
des
raffinée,
à Istanbul)
(né
l’Iran
(peu
de s’enrichir
trouvailles
secondaire
medrese
céramiques,
profondément
technique
(né
; leurs
de
subissent
pas an-
réputés
viennent
merveilleuses
égalent
ne sont
déjà
parvenus)
capitale
Sabuncu
Cumali
sont
dont
dâbâd,
(1929),
qui
s., sont
XIIIe
(né en 1930),
(né en 1932), de Çetin Altan
(né en 1926),
au
tapis,
nous
des
de
Leurs
Encyclopédie
ceux-ci
Les
ne
quali-
recherches
tectes
lées
turcs
après
l’exemple
passionnées
sont
la prise
de
des
prodigieusement
de
archistimu-
Constantinople
Sainte-Sophie.
par
Sinaneddin
11211
La Grande
Yusuf
ont
Encyclopédie
(† 1578)
l’idée
de
d’abord
solution
que
la coupole
refaite
en voyant
en elle une
chrétienne
: en fait,
chaient
déjà
de
imité
servilement
bour
de
dôme
leurs
est
poles
l’allégement
un
choix
dont
tivement
de
1557),
celle
trouve
de
Bleue
dans
(Diyarbakr,
belle
la fit
chement
valeur
11212
son
à
offre
bien
sous
des
de
(1501-1505),
listes,
aussi
Ahmed,
» (1609-1616)
les villes
; mais
il s’en
provinciales
conteste
etc.),
celle
quatre-vingts
ans
inégalable.
Autour
lui
! Son
décro-
donnent
d’elle,
la
Sinan*
l’ingénieux
du fond
et
une
comme
croyons
qui
nous
être
Au
gârî,
et au
XVIIe
céramiques
pour
oeuvres
de
la peinture
ce
isla-
de mieux
étroitement
le magnifique
table
anthologie
au
XIXe
ont
art s’enferme
dans
pour
fait
palais
de l’architecture
d’audience,
à
aussi
les princes
de Topkap,
véri-
palatiale
XVe
est
soit
en
duits
XIXe
s. ;
déchu.
sont
de valeur
celles
Les
d’Iznik.
florissant,
les dessins
nulle
de
L’art
mais
des
artistes
F
Brousse
Boccard,
fut
bien
Sultan
à
est
européens.
Kütahya
comparaison
des
On
un
essai
international.
De
courants
plastiques
interna-
de conception
sculpture...),
dans
de
néo-musulman,
aux
intro-
la seconde
moitié
aujourd’hui
des grands
/ Islm
du
de nom-
centres
/ Istanbul
urbains.
/ Sinan.
toujours
ateliers
imitent
trouve
1933-34,
1942).
/ C. E. Arseven,
la Turquie
jusqu’à
décoratifs
kish
Islamic
Times,
XIIe
au
encore
(Londres,
toman
ter et F. Stark,
Turquie
/ S. K. Yet(G.-P.
(Klincksieck,
Art
(Baltimore,
(Atlantis,
and
Tur-
Ottoman
; l’Ancienne
siècle
/ A. Goodwin,
Architecture
and
1959).
ori-
; les Arts
/ B. Ünsal,
en Turquie
1962)
XVIIIe
son
1942)
1952).
(Londres,
Boccard,
depuis
in Seljuk
Turkish
1971).
turc
(De
archéolo(De
(Istanbul,
turque
et Larose,
du
l’Art
Architecture
1071-1913
sonneuve
; Voyages
(Istanbul,
l’Architecture
d’Anatolie
orientale
nos jours
turcs
turcs
2 vol.)
dans
/ O. Aslanapa,
de
est
Monuments
giques
gine
et
de Konya,
de
tapis
style
(peinture,
A. Gabriel,
quelque
lui-même
en
préaucun
J.-P. R.
sur le Bos-
Aziziye
céramiques
après
style
s. et qu’animent
turque
bien
sans
dou-
européens
l’artisanat
de
en Turquie
breux
kin,
Aujourd’hui,
par porter
cité
ce qui
de Nakdil
; mosquée
devenue
occidentale
recopiant
de façon
(mausolée
1817
en
de Bebek,
les éléments
« otto-
quelques
talent,
mêlant
choquante
Istanbul,
avec
et de
les arts
à la veille
encore
soit
(mosquée
de
panislamisme
tionaux
1874).
(Ni-
retour
presque
s’enferment
s. (salle
les
islamique
intéressantes,
phore),
possible
de
est incapable
imitent
civile,
d’un
dès cette
à
talent.
se rattachent
d’Is-
droit
finissent
qu’elles
même
(† 1732)
quand,
plus
à celles
est
dans
Nuruosmaniye
trouve
» en béton
judice
faire
grandes
réel
Levnî
Mais,
mais
de
créateur
Il donnera
musulmans
pour
sens
il n’est
l’art
avant
temps,
elle
Quant
et les mosquées
L’architecture
de
la naissance
d’Abdülcelil
simplement,
fait
la
de manuscrits
les Turcs
que
les tapis,
un
le baroque
ou
un
espérer
du
La lenteur
pendant
(1748-1755).
que
et dinandiers.
religieuse,
manes
amènent
: il y a encore
en Turquie,
surréa-
turc.
la mosquée
disparaître.
d’Iznik),
la peinture
Leur
XVe
dans
ter
l’art
et laisser
nouveau
époque,
pour-
à l’Europe
de
et
tisserands
l’architecture
s., l’appauvrissement
XVIIIe
peut,
Derviches,
possible
s., pour
(école
1492-1582),
l’Orient.
du
illusion
peu
XVIe
tissus,
l’ouverture
et
tanbul
Siyahkalem
permettent
pays
ou
mesurer.
les
d’Edirne,
Le grand
du mur
mique,
aussi
Amasya,
équilibre,
(1550dite
nous
que
du
les peintures
Nakka
Ce sont
réalistes
s. ; nouveau
XVIIIe
de bons
de se renouveler,
À partir
beautés
intellec-
noirs,
III,
s. ;
XVIIe
DÉCADENCE
style
chinoises,
Mehmed
de Bagdad,
s).
XIXe
l’évolution
de
ou italiennes,
Musa).
éloignées
interrogé
de
d’Ahmet
la décadence
de dessins
(oeuvres
de
les
d’excep-
la curiosité
chamans
de Bayezid
que
toutes
conquérant
influences
les anime
les oeuvres
(Danse
du
s. ; kiosque
XVIe
de la
capables
iraniennes
de nomades),
Sultan
kiosque,
pour
ont
collection
Bey, et d’Abdal
tant
pas
paru
L’Album
compte
qui
Sinan
(1544-
ne tient
de Topkap),
tuelle
mosquées,
ehzade
par occu-
ottomane,
et ont
Camp
de
chambre
(külliye
les Turcs
entier
assimiler.
rend
ter-
encore
bâti-
s. En ce temps
XVe
approxima-
toutes
de
du
centre-asiatiques,
un effet
Istanbul*
soit,
et de peintures
et les demi-cou-
(1569-1575).
à l’âge
audace,
(musée
le
cuisines,
LA
humanisme,
haut,
fuselés,
finit
classique
le monde
plus
créent
se
les autres
de la ville
connues
Konya,
la Selimiye
tionnel
pas
tout
Süleymaniye
est sans
un quartier
qu’elle
Le tam-
fenêtres
grandes
(1520-1522),
la mosquée
plus
jamais
composition
L’époque
appro-
n’ont
minarets
sont
1548),
plus
les
de l’ensemble.
« mosquée
qui
contribuent
: celles
Selim
est
habilement,
les dates
clas-
de la basilique
solution,
de
tout
sanctuaires,
Süleymaniye).
promesses
mosquées
unique
per
que
et leur
grande
cette
en éteignoirs,
ments,
sur
les grands
plus
copie
les Turcs,
; les longs
groupent
cette
l’époque
les coupoles
pyramidal
puis
C’est
Sainte-Sophie.
s’étagent
minés
depuis),
de tous
a pu la sous-estimer
surhaussé,
abondantes,
autour
(première
systématisera
s.). On
19
centrale
demi-coupoles.
(XVIe-XVIIe
- Vol.
(1481-1512)
demi-coupole
de Fatih,
ou quatre
sique
Hayreddin
buter
sur une
mosquée
deux
puis
Larousse
Mai-
Peinture
1970).
Architecture
A History
of Ot-
1971).
/ F. Roi-
Zurich,
1971).
Download
Random flashcards
Pastoralists

20 Cards

Marketing

46 Cards

Create flashcards